..."/>

Découverte macabre entre les deux pays : La tension monte entre Kinshasa et Kampala !

Deux pêcheurs de la RDC arrêtés le 13 août 2018 par des militaires ougandais sur le lac Edouard

La RDC accuse l’armée ougandaise d’avoir tué des pêcheurs congolais dont les corps ont été retrouvés ligotés, criblés de balles et calcinés sur le lac Edouard

Quatre pêcheurs congolais disparus sur le lac Édouard, entre la République Démocratique du  Congo et l’Ouganda, ont été retrouvés morts, ligotés et portant des traces de balles, a déclaré mercredi le major Jean Tsongo, commandant de la Force navale congolaise du village de Kyavinyonge. « Ces pêcheurs sont partis sur le lac depuis vendredi et n’étaient pas de retour.

C’est seulement mardi que nous avons vu leurs corps calcinés et ligotés flotter sur le lac », a expliqué à l’AFP Jonas Kataliko, président de l’Association des pêcheurs de Kyavinyonge dans la province du Nord-Kivu. « Ce sont des militaires ougandais qui ont tué ces pêcheurs congolais. Ils ont brûlé leurs pirogues, les corps sont arrivés ici ligotés, brûlés et portant des traces de balles », a précisé le major Tsongo. Les quatre corps ont été directement inhumés, selon les deux sources.

Des relations compliquées!

Kyavinyonge est un village congolais situé au bord du lac Édouard, que se partagent la RD Congo et l’Ouganda. Les accrochages se sont multipliés depuis le début de l’année entre la marine ougandaise et les forces congolaises chargées de la sécurité du lac. En juillet, la tension est même montée d’un cran après  des incidents ayant coûté la vie à seize pêcheurs congolais, ainsi qu’à quatre militaires et trois civils ougandais.  Les relations entre Kinshasa  et Kampala  sont compliquées, les deux pays étant notamment en désaccord sur le partage des ressources énergétiques du lac Édouard.

A en croire M. Julien Paluku, Gouverneur de la province congolaise du Nord-Kivu, la RDC a 75 % des eaux du lac Edouard, alors que l’Ouganda en a 25 %. Mais, le problème  qui se pose aujourd’hui c’est la délimitation de ces eaux.

L’enjeu, c’est le pétrole !

Pour rappel, les eaux du lac Edouard sont devenues, depuis quelque temps, l’objet d’accrochages récurrents entre pêcheurs congolais et ougandais. Ce conflit a  même débouché dernièrement sur  l’arrestation et la condamnation expéditive de 102 pêcheurs de la République Démocratique du Congo à des peines allant de 2 à 3 ans de prison par un tribunal ougandais, au motif que ces pêcheurs congolais auraient empiété sur la partie ougandaise du lac Edouard !

Loin d’être un simple conflit autour de zones de pêches, les violences enregistrées actuellement sur les eaux du lac Edouard relèveraient en fait de l’intention  du pays de Yoweri Museveni de vouloir exploiter seul les riches réserves pétrolières qui se trouvent au fond de ce lac. C’est d’ailleurs dans ce cadre que Kampala soutiendrait actuellement un vaste projet de construction d’un pipeline qui lui permettrait d’exporter en grandes quantités ce pétrole via un port tanzanien.

Alors que l’Ouganda n’a droit qu’à 25% des eaux du lac Edouard, le pays de Yoweri Museveni serait curieusement en voie d’accorder (si ce n’est pas déjà fait) des licences d’exploitation pétrolière pour les six blocs pétroliers situés dans le Graben Albertin, à en croire l’ONG internationale Global Witness.

L’écologie en danger!

Cette organisation, qui redoute que l’exploitation du pétrole du lac en vienne à polluer le parc national des Virunga, a eu à tirer la sonnette d’alarme en mars dernier, aux lendemains de la publication d’un communiqué par le ministère ougandais de l’Energie et du développement minéral. A en croire la même source, avant cela, le gouvernement ougandais avait déjà publié une liste de sept firmes pétrolières sélectionnées devant bénéficier des licences d’exploitation dans les six blocs pétroliers, alors que l’un de ces blocs, notamment celui de Ngaji, partage les frontières avec le bloc pétrolier 5 de la République Démocratique du Congo !

Nul n’ignore en effet que ce bloc fait partie intégrante du parc national des Virunga. D’où la crainte que le forage de pétrole dans le lac Edouard en vienne à affecter ce parc national abritant de nombreuses espèces animales et végétales. Les arrestations répétées des pêcheurs congolais sur ce lac par la marine ougandaise et la récente découverte des corps sans vie et ligotés d’autres pécheurs congolais témoignent donc des ambitions de plus en plus affichées par le régime de Kampala sur les réserves pétrolières du lac Edouard.

Par YHR

*

*

Monter

Login

Lost your password?