..."/>

Réhabilitation de l’avenue Bongolo : le gouvernement se fout de la saison des pluies

L’avenue Bongolo défectueuse à la hauteur de l’Université Kimbanguiste dans la commune de Kalamu à Kinshasa, le 08/05/2017. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Le gouvernement de la République Démocratique du Congo a lancé officiellement en début de semaine les travaux de réhabilitation de l’avenue Bongolo serpentant la commune de Kalamu, dans la ville de Kinshasa, sur une distance de plus ou moins un kilomètre, et reliant la commune de Limete à celle de Kasa-Vubu.

Effectué par l’entremise du ministre des Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction (ITPR), le lancement des travaux de réhabilitation de cette artère de la voirie urbaine a été applaudi par ses usagers et riverains qui connaissent le rôle stratégique dans le trafic de la capitale congolaise, notamment pour la population qui va du district de la Tshangu, soit de l’Est de la capitale, vers l’Ouest, et vice-versa.

Néanmoins, les observateurs avertis ont, quant à eux, trouvé à redire à ce sujet. Ils cherchent à savoir ce que l’exécutif national attendait pour entamer ce chantier d’une durée de six mois avant le début de la dernière saison sèche et craignent de voir les pluies diluviennes qui pointent à l’horizon perturber le bon déroulement des travaux, au risque de contraindre l’Office des Voiries et Drainage (OVD) de faire un ouvrage bâclé et, donc, peu durable.

Usage du béton armé

Cette crainte s’avère fondée, s’il faut se référer à la route de l’Université qui sépare les communes de Limete et Kalamu ; Makala et Ngaba ; Selembao et Lemba, et mène au campus de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), et dont la dégradation peut être qualifiée de « chronique », en dépit des moyens maintes fois mobilisés pour sa remise en état. A ce jour, l’opinion retiendra que le goudron utilisé dans la réhabilitation de la plupart des chaussées dans la ville de Kinshasa a montré ses limites, contrairement au béton armé. Ce matériau de construction semble, sans aucun doute, adapté.

La preuve est fournie par la durabilité de l’avenue Kavu-Vubu, précisément au rond point Victoire, actuellement dénommé « Place des Artistes », et ses alentours, et sur tant d’autres tronçons de cette voie où il a été utilisé par le Gouvernement de l’ancien Premier ministre Lunda Bululu, à l’époque de feu Maréchal Mobutu.

C’est dire que l’usage du béton armé dans la reconstruction de l’avenue Bongolo, y compris la route de l’Université, peut éviter au Trésor Public des dépenses à répétition pour les mêmes chantiers et permettre d’entamer d’autres nouveaux chantiers stratégiques et utiles pour la circulation des personnes et leurs biens.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?