..."/>

JED exige la libération du Directeur de « Le Grognon »

Dans un document, Journaliste en danger (JED) lance un appel en faveur de la libération de Tharcisse  Zongia, un journaliste détenu depuis une semaine à la Prison centrale de Makala, à Kinshasa pour « imputations dommageables » à l’endroit d’un dirigeant sportif.  Zongia, directeur de « Le Grognon », un journal satirique paraissant à Kinshasa, a été arrêté par un groupe de policiers, le jeudi 6 septembre 2018, au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/ Kalamu, où il était venu répondre à une convocation, à la suite d’une deuxième plainte lancée contre lui par M. Barthélemy Okito, Secrétaire général au Ministère des Sports et Loisirs.

D’après l’organisation, le journaliste a été condamné par défaut à 12 mois de prison au premier et deuxième degré par le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/ Kalamu, au sujet d’un article paru en 2015 et intitulé : « Les petits secrets noirs de la CAN 2015 : Barthélemy Okito, un prédateur à mettre hors d’état de nuire ».

Il a été convoqué au Tribunal, saisi pour la deuxième fois par Barthelemy Okito au sujet d’un autre article publié dans son journal, le 7 mai 2018, et ayant comme titre : « Magouille élu domicile dans le sport congolais », où il a annoncé l’arrestation par le Procureur Général de la République d’un groupe de dirigeants du football congolais, dont le SG Barthélemy Okito pour « détournement de fonds ».

Une procédure cavalière

Alors qu’il s’y était présenté pour être entendu, le journaliste a été conduit au cachot près le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/ Kalamu, où il a passé la nuit, avant d’être transféré, le lendemain, à la prison centrale de Makala, s’indigne l’association. Le lundi 10 septembre 2018, Tharcisse Zongia a été secoué par un malaise dû à sa condition carcérale. Il a été conduit en urgence dans un centre hospitalier de la place, où il est admis pour des soins appropriés, sous surveillance d’un groupe de policiers.

Selon JED, Zongia a été condamné par défaut, au premier degré, par le Tribunal, sans pouvoir présenter ses éléments de défense. Le verdict de sa condamnation a été rendu pendant qu’il se trouvait en voyage, regrette JED. Après avoir interjeté appel, il a été surpris de voir le Tribunal statuer sur son cas lors d’une journée décrétée « ville morte » par l’opposition. L’association déplore la procédure cavalière ayant abouti à l’arrestation et à la détention prolongée du journaliste, qui a dénoncé un fait de détournement de fonds publics, ce qui devrait, en principe, pousser la justice congolaise à interroger « l’accusé ».

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?