..."/>

Revendications des enseignants de l’EPSP : L’ultimatum du Synecat au Gouvernement expire le 4 octobre

Synecat et gouvernement

Le Syndicat National des Enseignants  des Ecoles Conventionnées Catholiques  (Synecat)  vient de rappeler à l’opinion nationale  que son ultimatum adressé au Gouvernement national concernant son cahier de revendications expire le 4 octobre 2018 à minuit.  Si le Gouvernement n’apporte pas de réponses aux revendications portées à sa connaissance, le Synecat envisage à partir  du 5 octobre,  Journée  dédiée à  l’Enseignant, de   décréter  des « Journées Ecoles désertes ».

Ces journées « écoles désertes » seront observées  durant une semaine , soit du 5 au 12 octobre de cette année. Et si l’autorité de tutelle ne réagit pas positivement aux revendications, il est également prévu un arrêt des cours  d’avertissement, a indiqué  à La Tempête des tropiques  M.  Mulomba  Tshimanga, Secrétaire Général  du Synecat. Cette décision sera consécutive au non  respect des résolutions adoptées lors de l’Assemblée Générale  tenue  le samedi 15 septembre dernier au Collège  Saint- Joseph (Elykia). Résolutions ayant trait notamment à la situation  des enseignants  non payés, à celle de nouvelles unités, et au complément  des salaires  de 2017.

Le Synecat qui a constaté  les  limites   du  ministère  de l’Enseignement  Primaire , Secondaire  et Professionnel  (EPSP)  en terme  de gestion  du personnel  enseignant, demande  au Gouvernement  une gestion  conjointe  du Secope   par  la  Primature,   le ministère  des Finances   et le Syndicat  pour une période  expérimentale  de trois mois,  afin  de  résoudre  le problème   de  non payement des salaires. Le Synecat  exige  par ailleurs du ministère de l’EPSP   d’élaguer   de la liste  les noms  des agents du ministère  de la Fonction  publique    nommés  conformément   à l’article   11  de la loi  numéro  16/013  du 15  juillet  2016, comme  représentant  des enseignants   de l’EPSP.

Il explique sa demande par le fait que ces derniers  sont dans  la carrière  hiérarchisée  et non  dans la  carrière  plane   comme  les enseignants.
Quant à  la problématique   de la Mutuelle  de Santé  des Enseignants  de l’école primaire , secondaire et professionnel  (Mesp) ,  le  Syndicat dit souscrire  à  la décision   du  ministère  du Travail, Emploi   et prévoyance sociale d’attendre   la décision    de l’enquête  diligentée par la Primature, précise un communiqué  signé par  André  Malasi Muba  (président)  et Mulomba  Tshimanga  (Secrétaire Général).

Par Franck Ambangito

*

*

Monter

Login

Lost your password?