..."/>

Rencontre CENI – futurs présidents : Nangaa mis en garde par les candidats de l’Opposition

Corneille nangaa et les candidats

Les vraies questions n’ont pas été abordées en profondeur, notamment la machine à voter soutenue par trois candidats sur 21, et la problématique des 10 millions d’enrôlés sans empreintes digitales. Ces points seront traités dans une commission technique qui sera mise en place

La rencontre tenue hier jeudi 4 octobre 2018 entre le bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et les 21 candidats présidents de la République s’est soldée par des déclarations et promesses visiblement stériles. Les candidats de l’Opposition ont été déçus de l’issue de cette réunion qui a attiré toutes les caméras de la ville de Kinshasa.

Dans sa déclaration, l’Opposition, représentée par Vital Kamerhe de l’Union pour la nation, Marti Fayulu de la Dynamique de l’Opposition, Freddy Matungulu de Congo Na Biso et Jacquemain Shabani de l’Union pour la démocratie et le progrès social (délégué de Félix Tshisekedi en déplacement), appelle Corneille Nangaa au respect de son propre calendrier électoral pour la tenue effective des élections à la date prévue du 23 décembre 2018.

Pour les candidats de l’Opposition à la présidentielle du 23 décembre prochain, « nous avons présenté nos préoccupations majeures en rapport avec le processus électoral en cours. Il s’agit notamment :  du nettoyage du fichier électoral qui  selon le rapport de l’OIF, contient plus de dix millions de cas d’irrégularités sur les quarante millions vingt quatre  mille présentés comme enrôlés ; de la problématique de la logistique et de la sécurité du processus électoral avant, pendant et après le vote ; des dispositions prises pour la tenue des élections apaisées dans les zones insécurisées (Nord Kivu, Ituri ; du remplacement sans  délai du délégue de l’UDPS  au sein du Bureau de la CENI conformément à l’Accord de la Sylvestre ; de la convocation, en toute urgence, d’un cadre de concertation entre le parties prenantes au processus électoral en cours pour des discussions en profondeur de toutes ces préoccupations… ».

Les candidats de l’Opposition mettent en garde Corneille Nangaa de « porter seul la responsabilité en cas de non tenue des élections libres, transparentes, inclusives et du vide qui sera constaté au niveau des institutions de la République ».

Il faut noter que le candidat du FCC, Emmanuel Ramazani Shadary, était également présent hier au siège de la Ceni, aux côtés de Daniel Shekomba, Théodore Ngoyi, Marie-Josée Ifoku, Gabriel Mokia, Moka qui a représenté Kinkiey Mulumba…

Nangaa se cache derrière la « Commission technique »

A la fin des travaux, Corneille Nangaa n’a cessé de juré que par la mise sur pied de la fameuse « Commission technique » pour traiter certaines questions liées au processus électoral, notamment l’usage ou non de la machine à voter et la problématique des électeurs sans empreintes digitales.
Pourtant, de tous ces présidentiables, trois seulement ont soutenu l’usage de cet outil, contre 18. Logiquement, il fallait l’écarter séance tenante.

  « C’était la première avec les candidats présidents de la République. Une très bonne réunion, et le maître-mot est que le 23, nous devons avoir les élections. Ainsi, les candidats ont salué d’abord le fait que le processus évolue mais, en plus de ça, ils ont présenté certaines préoccupations concernant certaines questions techniques. A cet effet, les candidats et la CENI se sont mis d’accord pour qu’une commission technique soit mise en place.

Et cette commission devra permettre d’approfondir toutes ces questions. Le tout dans le but de concilier les impératifs techniques de faire adhérer tout le monde au processus mais aussi de faire en sorte que le 23 décembre, l’élection se tienne », a déclaré le président de la Ceni, Corneille Naanga, au sortir de cette rencontre.

Par Stone et Julie Muadi

*

*

Monter

Login

Lost your password?