..."/>

Mabaya tient au respect de la date du 23 décembre

Jean Mabaya

Pour sa part, le candidat Mabaya tient à ce que la date du 23 décembre 2018, prévue pour la tenue des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, soit respectée. Il a cependant reconnu que pendant la réunion technique, quelques petites avancées ont été observées en ce qui concerne le fichier électoral. Aussi, pour lui, lors de prochaines séances de travail, des solutions pourraient être trouvées.

C’est du côté de la machine à voter que le consensus était très difficile à trouver, bien que tout le monde tienne à l’organisation des élections à la date fixée du 23 décembre 2018. « Il faut maintenant baliser le chemin », a-t-il soutenu.
Le sénateur Mabaya s’est opposé surtout à une quelconque transition au pays.

C’est pourquoi, il tient à ce que toutes les étapes du calendrier électoral de la CENI soient respectées. « Chose que la population ne soutient pas, parce qu’elle a longtemps attendu. Aucun politicien ne peut accepter qu’une transition ne soit organisée dans le pays. Il n’est donc pas question qu’une transition ne soit organisée. Il faut les élections le 23 décembre 2018 », a-t-il martelé.

Il est revenu, enfin, sur les autres sujets abordés au cours de cette rencontre, concernant la logistique où le président  Corneille Nangaa a promis de présenter aux candidats président de la République les véhicules et autres engins qui vont assurer la mobilité des matériels électoraux, ainsi que la formation de 500 formateurs qui vont, à leur tour, être déployés sur le terrain afin de former les autres.

Par LKT

*

*

Monter

Login

Lost your password?