..."/>

Crise au sein de Renaissance : L’opération «Mukuna dégage» exposée à la FECOFA

renaissance

Rien ne va au sein du Football Club Renaissance du Congo. Après les défaites cuisantes sur le terrain et le forfait devant le FC Mont Bleu de Bunia, les Bana Fibo exigent désormais la démission pure et simple de la présidence du club, de l’Evêque Pascal Mukuna. Pointé du doigt comme l’élément déclencheur de cette crise qui ne dit pas son nom au sein du club, le président-sponso aurait, selon ces supporters, pris l’équipe en otage en écartant tout le monde.

Après avoir exprimé leur ras-le-bol lors de la défaite humiliante de 6 buts à 0 à Kinshasa face aux Corbeaux du TP Mazembe, les supporters vert-orange ont pris l’initiative d’initier l’opération «Mukuna dégage» afin de contraindre le dirigeant de leur club à la démission.

Voilà pourquoi hier mardi 16 octobre, ils ont organisé une manifestation devant le gouvernorat de Kinshasa pour exhorter André Kimbuta, gouverneur de la capitale, et surtout amoureux du ballon rond, d’intervenir afin d’éviter que le FC Renaissance du Congo ne puisse couler tel le Titanic dans les eaux glaciales de l’oubli.

Après l’Hôtel de ville de Kinshasa, ces mêmes supporters ont organisé un sit-in devant le siège de la Fédération congolaise du football association (Fecofa), avec toujours la même exigence : la démission du président Pascal Mukuna. Malgré l’absence du président de la Fédération, Constant Omari en déplacement à Harare avec l’équipe nationale, les Bana Fibo ont brandi à son intention des banderoles «Mukuna dégage» afin d’exprimer de manière directe leur profonde volonté.

Selon les analystes, cette action risque d’obtenir gain de cause dès le retour du président Omari de son voyage au Zimbabwe. Cette affirmation étant motivée par l’issue combien favorable du litige des joueurs Sarkozy et Tchalla. En effet,  après le refus de dialogue et la sourde oreille affichée par la direction du club vert-orange, les supporters avaient poussé ces deux joueurs à saisir la FECOFA afin que Constant Omari, en digne père de famille, puisse trouver une meilleure solution à ce problème.

Chose qui a été visiblement faite. En attendant que le président de la Fecofa se saisisse du dossier, l’opération «Mukuna dégage» continue d’alimenter les réseaux sociaux et d’animer les discussions dans les salons kinois.

Par Armando Mananasi

*

*

Monter

Login

Lost your password?