..."/>

Kongo Central : Calme précaire à l’Université Kongo

Université Kongo

Le climat malsain qui a secoué l’Université Kongo (UK) le mois dernier est encore loin de connaitre son dénouement malgré l’implication du Gouverneur Atou Matubuana Nkuluki qui a dû dépêcher au plus vite à Mbanza-Ngungu, Florian Masaki Nzembele, son ministre en charge de l’Education.

En effet, pour n’avoir pas voulu organiser à temps et conformément aux textes, les travaux du conclave devant impérativement aboutir à l’organisation des élections afin de doter ce  » alma mater  » des organes nouveaux légitimement reconnus par tous les notables  » Kongo  » fondateurs de cette institution universitaire en remplacement des anciens arrivés à terme de leur mandat depuis plusieurs mois, une vive tension a été observée au sein de cette université où deux camps diamétralement opposés se regardaient en chiens de faïence.

Il s’agissait, d’une part, du camp regroupant le corps professoral et le personnel administratif, et, d’autre part, de celui réunissant le comité de gestion, le conseil d’administration et le pouvoir organisateur. Les deux parties en conflits qui se campaient chacune à sa position  s’étaient enfin retrouvés tout dernièrement autour d’une même table sous la médiation de l’envoyé spécial du chef de l’exécutif provincial.

Au terme des échanges et des débats houleux qui s’en étaient suivis, chacune des parties, selon l’envoyé spécial de l’autorité provinciale, aurait curieusement décidé d’enterrer leur hache de guerre  pour fumer le calumet de la paix et le tout se serait en effet passé dans un climat de parfaite compréhension mutuelle et en toute démocratie. Pour preuve, toutes leurs divergences, selon toujours le ministre Florian Masaki Nzembele, auraient été aplanies et une série des recommandations auraient été même formulées.

Parmi lesquelles celle portant réhabilitation, sans autre forme de procès, de tous les chefs des travaux, les professeurs et les assistants frappés de radiation illégale par les organes anciens de cette institution universitaire.
Cependant, en attendant l’organisation des travaux du conclave tant réclamés par les uns et les autres et dont la date demeure encore un mystère, un comité de crise a été mis en place.

Suivant la décision prise par l’autorité provinciale, le Rectorat de cette université a été provisoirement confié au Professeur Odylon Gamela tandis que Simon Mboso Kiamputu assurera provisoirement la Présidence du Conseil d’Administration de ce  » alma mater « .

Vive protestation de président du pouvoir organisateur

Protestant  contre ces nominations qu’il a du reste qualifiées de confuse créée à l’Université Kongo par le Gouverneur Atou Matubuana, l’honorable Etienne Flaubert Batangu Mpesa, en sa qualité de Président du Pouvoir Organisateur de cette université, avait, dans sa lettre du 20 octobre 2018, écrit au ministre national en charge de l’Enseignement Supérieur et Universitaire.

Dans cette correspondance portant aucun numéro, il a en effet sollicité l’intervention personnelle du ministre national afin qu’il arrête net ce qu’il a qualifié de putsch orchestré par l’autorité provinciale qui, a-t-il affirmé sans mâcher les mots, a délibérément violé les statuts notariés de l’UK  publiés au journal officiel en y plaçant des gestionnaires illégaux et irresponsables sur base d’une simple action menée par 5 professeurs et 2 scientifiques de l’UK révoqués et ce, sous le parrainage d’un groupe de professeurs de l’Unikin.

Alors que le calendrier électoral de novembre 2017 élaboré par le Pouvoir organisateur avait fixé l’organisation des élections entre juin et septembre 2018 mais celles-ci ont été maintes fois reportées à cause des agitations occasionnées par le groupe précité qui a même empêché l’organisation de la cérémonie de collation des grades académiques en faveur des finalistes des facultés des droits et de l’économie, peut-on encore lire dans cette correspondance.

En sus, l’initiateur de cette correspondance avait également qualifié d’illégal le conclave convoqué par Gouverneur de province qui, a-t-il souligné, n’avait pas qualité. Selon lui, l’UK étant une université privée et communautaire disposant de ses fondateurs, l’organisation d’une telle activité, si jamais elle était jugée utile, devrait être convoquée par le seul Pouvoir organisateur qu’est l’organe suprême de l’UK.

         Il sied de signaler en outre que face à cette cacophonie, un chronogramme a été tout de même convenu de commun accord le 2 septembre 2018 entre le Pouvoir organisateur de l’UK et le Gouverneur de province ; lequel prévoyait les travaux du conclave du 14 au 16 septembre 2018 avec le financement promis par le Chef de l’Exécutif provincial mais qui, malheureusement, n’a jamais été mis jusqu’à ce jour à la disposition de l’UK. C’était en présence des membres du Conseil de sécurité des Cataractes.

Le chien aboie, la caravane passe

Faisant sienne l’adage qui dit que le chien aboie et la caravane passe, Florian Masaki Nzembele, ministre provincial en charge de l’Education, qui a non seulement joué le rôle de sapeur pompier mais aussi salué et apprécié à sa juste valeur le compromis concerté trouvé il y a une semaine entre les deux parties antagonistes d’hier, a toutefois promis l’accompagnement du Gouvernement provincial à toutes les actions qu’aura à entreprendre les nouvelles autorités de l’Université Kongo ; ce  » alma mater  » qui est du reste considérée par toute la communauté  » Ne Kongo  » comme étant le miroir du Kongo Central dans le secteur de l’enseignement supérieur et universitaire dans la mesure où ses fruits sont aujourd’hui comptés parmi les hauts-cadres dans le monde professionnel de la République Démocratique du Congo.

Quant au Pouvoir organisateur de l’UK qui se sent lésé, il pense que pour rétablir la légalité et permettre aux organes statutaires de fonctionner normalement et faire démarrer très rapidement l’année académique  avant d’organiser les élections au plus tard le 30 novembre prochain, il se remet à l’arbitrage du ministre national ayant la gestion de l’enseignement supérieur et universitaire dans ses attributions. Dossier à suivre.

Par Dieudonné Muaka Dimbi

*

*

Monter

Login

Lost your password?