..."/>

Ville de Kinshasa : Les « Wewa » à l’école de l’éducation financière

Les conducteurs des motos communément appelés « Wewa » venus de toutes les communes de la ville province de Kinshasa ont été invités à prendre part à une formation sur l’éducation financière organisée à leur attention le jeudi 1er novembre 2018 dans la salle de conférence du collège Boboto située dans la commune de la Gombe à Kinshasa.

Cette formation sur l’éducation financière en République Démocratique du Congo organisée par la GIZ (Coopération allemande) en collaboration avec le Programme national d’éducation financière(PNEF), s’inscrivait dans le cadre de la 8ème édition de la Journée internationale de l’épargne célébrée le 31 octobre 2018 à l’initiative de la Banque centrale du Congo(BCC) en collaboration avec le ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP) sous le thème principal « Epargner , c’est encore possible en République Démocratique du Congo » .

Apprendre aux « Wewa » comment ils peuvent gérer leurs fonds  

Se confiant au journal « La Tempête des Tropiques »,  M. Julius Nyembwe Kashi, vice-président provincial de l’association des motos cyclistes du Congo (AMC) appelés « Wewa », a indiqué que cette formation était organisée dans le souci d’apprendre aux conducteurs des motos à gérer leurs fonds. Tout est parti du constat selon lequel les « Wewa » gagnent par jour de l’argent plus que les fonctionnaires de l’Etat et d’autres personnes, mais cet argent n’est pas toujours bien géré. C’est la raison pour laquelle ils ont été pris par la GIZ comme cible pour être sensibilisés à la gestion financière.

Selon le vice-président provincial de cette structure, malgré les difficultés rencontrées dans l’exercice de leur métier, un conducteur de motos formé peut réaliser des grands projets avec l’argent qu’il gagne chaque jour grâce à l’épargne car cette dernière joue un rôle plus important dans la vie de chaque individu, groupe ou association.

Au cours de cette formation, les motocyclistes kinois ont été  invités à divorcer avec l’ancienne mentalité qui consistait à garder son argent dans un trou du mur de la maison ou sous le matelas l’exposant ainsi à beaucoup de risque. Ils ont été encouragés à prendre des contacts avec des institutions financières ou des sociétés de microcrédits agréées par la Banque Centrale du Congo pour la sécurisation de leur argent.

Certaines institutions financières n’aspirent plus confiance

« Placer son argent dans une institution financière en RDC, c’est courir le risque de ne pas retirer cet argent un jour »,  a déclaré l’un des conducteurs des motos présent à ladite formation. Cette hypothèse est consécutive à la faillite de certaines institutions financières du pays dont beaucoup de clients avaient été victimes à cause de la mégestion de ces dernières.

Malgré cette raison évoquée, tous ont été appelés à prendre contact avec les banques agréées par la banque des banques qui est la Banque Centrale du Congo. Dans son allocution du 31 octobre 2018 à l’occasion de la célébration de cette 8ème édition, le ministre de l’EPSP, Gaston Musemena a reconnu cette difficulté en disant que la 8ème édition de la journée internationale de l’épargne se célébrait dans un contexte très difficile dû à l’effet négatif de la faillite de quelques institutions financières en confirmant que les efforts étaient en train d’être déployés pour que cela n’arrive plus.

Malgré cet état de chose, les « Wewa » sensibilisés à  l’éducation financière se sont dit satisfais de cette formation reçue pour leur bien et ont promis d’apporter ce message à leurs collègues qui n’étaient à la formation. La gestion rationnelle des fonds contribue au bien-être de l’individu, de sa famille et de toute la société. Cette sensibilisation ne concerne pas seulement les Wewa, mais toute la population congolaise.

Pour rappel, la journée internationale de l’épargne, 8ème édition, avait un caractère tout à fait particulier, celui de la sensibilisation de la population congolaise en général et la jeunesse en particulier. C’est la raison pour laquelle plusieurs écoliers venus de différents établissements scolaires y ont pris une part active et ceux qui avaient remporté les prix du concours avaient reçu chacun une enveloppe qui leur a permis d’ouvrir des comptes auprès des institutions financières sélectionnées.

Par Thony Kambila

*

*

Monter

Login

Lost your password?