..."/>

Transport aérien : La Banque mondiale sollicitée pour soutenir la METELSAT

transport aerien malaysia airlines

La Banque mondiale est sollicitée par le gouvernement congolais pour apporter sa rescousse au secteur de transport aérien dans le pays. Un projet constitué par la METELSAT (Agence nationale de météorologie et de télédétection par satellite) dans le cadre de la sécurisation et de l’amélioration du secteur de transport aérien.

Cela en cette période où les efforts, au niveau national, sont fournis pour sortir la RD Congo de la «liste noire» de l’Union européenne, et surtout relancer les compagnies aériennes congolaises sur le marché international. Surtout que, le secteur de transport aérien du pays ne dispose pas, pour le moment, des équipements météorologiques adéquats afin de mener à bien sa mission.

C’est d’ailleurs la raison des démarches entreprises par les responsables de l’organe public de météo auprès du gouvernement national, qui à son tour a tourné les regards du côté de la Banque mondiale pour lui solliciter le financement de ce projet combien important dans le transport aérien.

La sécurisation et l’amélioration de l’aéronautique congolaise ont été débattues au cours d’un atelier de ce secteur organisé dernièrement par la direction de l’aviation civile nationale. C’est dans ce cadre que les responsables de la METELSAT ont relevé les difficultés que leur organe technique éprouve pour livrer les bonnes informations aéronautiques à la RVA (Régie des voies aériennes) et les compagnies aériennes opérant en RD Congo.

Une préoccupation, ce que l’Etat congolais, à travers la RVA, prélève plus de 10 ans la taxe pour la réhabilitation des installations des aéroports dans le pays, le fameux «Go-pass», un fonds qui n’a toujours pas servi aux fins qu’il a été retenu. Des missions d’audit ont toujours été exigées, mais jamais permises pour des raisons que seul le gouvernement, par le biais de son ministère des Transports et Voies de communication, peut donner.

Et pourtant, le fonds de «Go-pass» allait aussi servir à améliorer la météorologie aéronautique. Une façon de permettre la sécurisation du secteur aérien congolais. A l’heure actuelle,  malgré le Go-pass, l’Etat congolais est obligé de s’endetter auprès de la Banque mondiale pour améliorer la météorologie aéronautique nationale. Un fonds qui pouvait servir à autre chose, surtout que la RD Congo a de nombreuses priorités.

Une chose est vraie, ce que la Banque mondiale demeure toujours engagée à accompagner la RD Congo dans les efforts de son développement. C’est ainsi que le secteur aérien, qui à certaine période était envahi par les cercueils volants, n’a cessé de bénéficier d’une attention particulière de la Banque mondiale ainsi que d’autres institutions financières internationales.

A l’heure qu’il est  la Banque mondiale intervient dans beaucoup de projets dans le secteur aérien de réhabilitation des installations aéroportuaires à travers le pays. L’aéroport international de N’Djili, l’aéroport de Bagboka, à Kisangani, à l’époque de la Province Orientale, et celui de Goma, au Sud Kivu, ainsi que l’aéroport de la Luano, à Lubumbashi, dans l’ex Katanga, ont déjà bénéficié de l’apport de cette institution de Breton Wood.

Aussi, la Banque mondiale fait partie des institutions financières régionales et internationales, comme la BAD (Banque africaine de développement et autres), qui avaient financé le projet de Multimodal en RDC qui avait concerné outre le secteur aérien, les autres secteurs fluvial et ferroviaire.

Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?