..."/>

Huile de palme : la RDC veut récupérer sa place d’antan

huile de palme

Outre l’engagement actuel du ministère d’améliorer la production agricole, l’Ong internationale WWF apporte son soutien dans la relance de la filière de l’huile de palme, sans oublier les efforts pour la vulgarisation des principes nationaux de production durable de ce même produit

La RD Congo veut récupérer sa place d’antan de deuxième pays producteur de l’huile de palme au monde après la Malaisie. La place qu’elle avait longtemps perdue à cause notamment d’une mauvaise politique du secteur d’agriculture. Les efforts sont depuis quelques temps, à en croire le ministre actuel de l’agriculture, George Kazadi Kabongo, fournis pour améliorer les productions agricoles dans le pays.

C’est d’ailleurs l’engagement de ce ministre de tutelle qui compte aussi sur l’apport de certains partenaires au développement, le cas de la Banque mondiale, qui finance des projets de ce secteur d’agriculture, de FIDA, d’ANAPI et autres.

Concernant la production durable de l’huile de palme, l’Ong internationale WWF apporte son soutien au secrétariat général à l’Agriculture dans la relance de la filière de l’huile de palme au Congo-Kinshasa. Aussi, le secrétaire général Evariste Bushabu a relevé, au début de cette semaine, la vulgarisation des principes nationaux de production durable de l’huile de palme.

Principes nationaux pour la production durable de l’huile de palme

Ces principaux nationaux sont entre-autres la conformité à la politique agricole et au plan d’aménagement du territoire qui permet d’atteindre l’objectif du taux zéro de déforestation à l’horizon 2025, la promotion des intérêts, les opportunités de l’huile et les moyens de substance des petits producteurs d’huile de palme, et l’investissement dans le secteur qui s’aligne dans un partenariat gagnant-gagnant entre les entreprises publiques et privées.

Les autres principes nationaux pour la production durable de l’huile de palme sont la préconisation des anciennes plantations abandonnées ou inactives ainsi que les zones savanicoles et paysannes dans le bassin de production. Il faut aussi rappeler qu’il y a quelques années, la RD Congo était le deuxième pays exportateur de l’huile de palme au monde, après la Malaisie.

Pour l’heure, au niveau du secrétariat à l’Agriculture, il faut préciser que la production annuelle de ce produit a chuté et se situe à environ 290.000 tonnes par année qui n’arrivent même pas à satisfaire la demande intérieure. Raison pour laquelle, au niveau du ministère concernant, on tient à la relance de la filière de l’huile de palme, qui s’avère non seulement importante, mais aussi urgente compte tenu de la demande de plus en plus croissante de ce produit au pays.

Par LKT

*

*

Monter

Login

Lost your password?