..."/>

Étudiants tués à l’UNIKIN : une nouvelle matière à exploiter pour la CENCO

Unikin

L’assassinat des étudiants perpétré il y a deux semaines à l’Université de Kinshasa (UNIKIN) par des éléments de la police continue de préoccuper au plus haut point l’opinion.
Cet acte de violence et de criminalité commis par des agents des services instrumentalisés par les ennemis du peuple est intervenu quelques jours avant la publication, lundi 19 novembre, du  » Rapport sur le Monitoring Des Manifestations et Réunions Publiques  » élaboré par la Commission Justice et Paix de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (JPC/CENCO).

Ce Rapport couvre la période allant du mois d’avril au mois d’octobre 2018.
Il relève les informations liées aux questions des procédures relatives à l’organisation d’une manifestation ou réunion publique, aux comportements des parties prenantes, aux incidents enregistrés lors des manifestations ou réunions publiques et aux cas des violations des droits des l’homme.

Dans cette optique, JPC/CENCO a déployé 200 moniteurs sur terrain. Elle a reçu au total 80 rapports sur les manifestations pacifiques et réunions publiques qui se sont déroulées dans les villes de Kolwezi, Kalemie, Lisala, Bandundu, Matadi, Kananga, Lubumbashi/Kasumbalesa, Mbandaka, Bukavu, Goma, Kinshasa, Tshikapa, Mbuji-Mayi, Kindu, Lusambo, Kenge, Bunia et Beni. Onze de ces rapports attestent que les manifestations et réunions publiques ont été tenues par les organisations de la société civile et les syndicats, deux par les étudiants, 18 par les citoyens, 14 par les Mouvements Citoyens et 35 par les partis et regroupements politiques.

De manière globale, ces rapports signalent 5 cas de décès, dont 4 par balles réelles ; au moins 91 cas de blessés, dont 7 par balles réelles ; au moins 362 interpellations, sans compter plusieurs irrégularités dues au non respect des règles par les organisateurs, les autorités administratives, les manifestants et la police. A en croire les analystes, ces nombreux cas de graves violations des droits de l’homme prouvent à suffisance que le régime politique en place n’est pas prêt à œuvrer pour le bien-être de la population.

L’assassinat d’étudiants à l’UNIKIN il y a quelques jours lors d’une manifestation pacifique pour des revendications purement académiques constitue une preuve tangible et indubitable.  C’est dire que JPC/CENCO a encore du pain sur la planche. Elle a le devoir de continuer de travailler d’arrache-pied en vue  de publier un autre rapport mentionnant tous les nouveaux cas commis à travers le pays.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?