..."/>

Matadi : Disparition d’un corps à la morgue de l’hôpital provincial de référence de Kinkanda

Une situation scandaleuse a énervé le samedi 1er décembre 2018 de nombreuses familles qui s’étaient rendues à la morgue de l’Hôpital Provincial de Référence de Kinkanda à Matadi, capitale de la province du Kongo Central, pour retirer leurs dépouilles mortelles.

En effet, l’une des familles vivant à Matadi et dont nous taisons le nom a été surprise de constater la disparition, ce jour-là, du corps de l’un de leurs qu’elle faisait garder depuis le vendredi 16 novembre 2018 à la morgue de cet hôpital.

Pourtant, toutes les dispositions étaient prises par cette dernière famille le samedi 1er décembre 2018 pour retirer ce corps et, éventuellement, organiser des obsèques dignes en mémoire de l’illustre disparu. C’est-à-dire, location d’un funérarium de la place où ce corps devrait être exposé, d’un bus pour le transport respectivement des membres de famille, amis et connaissances et du corbillard ; sans oublier l’achat notamment du cercueil, de la tombe au cimetière de Boko…etc.

Mais après avoir rempli toutes les formalités d’usage pour faire sortir le corps de la morgue de cet hôpital, cette famille a été sidérée d’apprendre, de la part de deux de leurs proches qui étaient entrés dans cette morgue, munis d’habits et de couvertures devant servir à l’ensevelissement de leur cadavre, que celui-ci était introuvable. Toutes les recherches menées par les agents secouristes commis à cette morgue pour le retrouver se sont avérées vaines.

Du coup, la situation a dégénéré. Les membres de cette famille éprouvée ont proféré des menaces à l’endroit du préposé à cette morgue qu’ils voulaient même passer à tabac,  au vu de toutes les dépenses engagées pour les frais funéraires en cette période de conjoncture difficile où enterrer un mort relève d’un parcours de combattant.
Aussitôt saisi, le docteur Guet Makindu, Médecin Chef de Zone de santé de Matadi, a effectué urgemment une descente sur les lieux pour s’enquérir personnellement de la situation. Il a alors tenté de calmer les esprits surchauffés des membres de cette famille, en vain.

Après de chaudes discussions caractérisées par des injures et autres menaces, le n°1 de la zone de santé de Matadi, tout en reconnaissant ce fait qui, a-t-il expliqué, n’est pas le premier cas survenu à cette morgue, s’est néanmoins fait comprendre. Et malgré l’ambiance de surchauffe, il réussira tout de même à calmer la situation. Il profitera ensuite de l’accalmie pour enfin dévoiler, à leur intention, une série de stratégies mises en place pour tenter de décanter la situation.

Entre autres le renforcement, séance tenante, de l’équipe de secouristes pour le triage de tous les cadavres en conservation dans cette morgue et l’envoi, sous sa direction, d’une autre équipe qui, ce jour là, a sillonné toute la ville de Matadi pour identifier tous les corps retirés de la morgue afin de voir si, par erreur, une famille a confondu une dépouille avec celle recherchée par la famille précitée, mais sans succès malheureusement.
Il sied de signaler que pendant que nous mettions sous presse, des rumeurs persistantes circulant à  Matadi faisaient état de la découverte de ce corps à Seke-Banza, entité située à plus ou moins 70 Km de Matadi.

Selon plusieurs observateurs avertis, ces rumeurs, soutiennent-ils, pourraient être fondées. Car, suite à une panne de compresseur que connait depuis quelques semaines la morgue de Boma, beaucoup de corps y ont été évacués par leurs membres des familles respectives pour d’autres morgues de la province dont celles de Matadi et de Lukula. Ce qui, en à point douter, pourrait être à la base de cette situation confuse et malheureuse.

Selon l’un des  proches de cette famille contacté par notre rédaction, c’était  une fausse alerte. Ce qui revient tout simplement à dire que ce corps est demeuré  introuvable à travers toute la province.

Par Dieudonné Muaka Dimbi

*

*

Monter

Login

Lost your password?