..."/>

Campagne électorale : Le CNSA incapable de garantir la base égalitaire

Campagne électorale en rdc

Lancée sur les chapeaux de roue le 21 novembre dernier par le pouvoir organisateur des élections qu’est la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), la campagne électorale est arrivée à sa vitesse de croisière avec des incidents signalés à certains endroits.  Point n’est besoin d’indiquer que le moment est propice pour procéder à une évaluation à mi-parcours de cette campagne électorale avant d’effectuer des projections sur l’étape restante à couvrir par  les candidats en lice.

Un regard rétrospectif sur le chemin déjà parcouru permet de constater que la base égalitaire promise par la loi électorale et ses annexes n’est pas garantie à tus les candidats.  En effet, rien qu’en considérant les prises de parole de candidats à la radio et télévision de l’État, les candidats de formations politiques de l’opposition n’ont toujours pas au chapitre depuis le début de la campagne électorale jusqu’à ce jour.  Il s’agit là d’une entorse extrêmement grave au principe d’égalité qui doit être de stricte application dans la prise de parole en public de candidats sous peine de diminuer les chances de succès de ces derniers le moment venu.

Un simple figurant de théâtre ?

Des informations qui restent à confirmer par les sources indépendantes indiquent par ailleurs que des entraves sont mises sciemment aux déplacements de certains candidats à l’intérieur du pays avec toutes les conséquences qui en découleraient à la proclamation des résultats.

Selon des sources proches de la société civile, certaines villes, campagnes et autres contrées de l’arrière-pays sont interdites aux candidats de quelques formations et regroupements politiques pendant la présente campagne électorale, tandis qu’à d’autres endroits, le regroupement de trois personnes est strictement interdit jusqu’à nouvel ordre.

On rapporte également que dans certaines régions du pays, la campagne électorale n’est pas perceptible pour la simple raison que des supports tels que « Photos », « Affiches, calicots, panneau de propagande » sont totalement absents des lieux publics.
Dans certaines provinces, la campagne électorale est devenue une occasion pour les uns et les autres de se régler les comptes à travers des chansons hostiles et destructions réciproques de biens, ou encore une occasion pour certains groupes armés de ressurgir en semant la mort et la désolation dans leurs régions.

L’évaluation à mi-parcours de la campagne électorale lancée le 21 novembre dernier amènerait à poser la pertinente question relative au rôle de régulation conféré par l’Accord Politique  Global conclu le 31 décembre 2016 au Conseil National de suivi de l’Accord et du Processus électoral (CNSA).
Qu’en est–il  exactement aujourd’hui ? le CNSA est–il devenu un simple figurant de théâtre ou un acteur majeur appelé à faire respecter les règles du processus électoral en cours jusqu’à son dénouement ?

Par Bamporiki Chamira

*

*

Monter

Login

Lost your password?