..."/>

Kinshasa franchit le Rubicon : L’ambassadeur de l’UE sommé de quitter la RDC dans 48 heures

ambassadeur de l'Union Européenne en République démocratique du Congo (RDC), Bart Ouvry et She Okitundu

La décision a été annoncée hier jeudi par le VPM Léonard She Okitundu

L’ambassadeur de l’Union Européenne en République démocratique du Congo (RDC), Bart Ouvry, a 48 heures à partir d’hier jeudi pour quitter le territoire congolais. La décision du gouvernement a été annoncée hier jeudi 27 décembre 2018 par le vice-premier ministre en charge des Affaires étrangères, Léonard Shé Okitundu. Ce, à trois jours des élections présidentielle et législatives nationales et provinciales  prévues ce dimanche 30 décembre 2018.

Cette décision d’expulsion du diplomate européen Bart Ouvry est prise au nom du principe de réciprocité promis par Kinshasa il y a de cela quelques semaines, présageant ainsi une détérioration des relations entre les deux parties. Kinshasa vient donc de franchir le Rubicon en engageant ce bras de fer avec l’Union Européenne avec qui il est en froid depuis plusieurs mois.  Shé Okitundu a fait cette déclaration au cours d’une rencontre avec les ambassadeurs et chefs de mission diplomatique accrédités en République démocratique du Congo (RDC).

Pour rappel, l’Union européenne avait renouvelé, le 10 décembre dernier, les sanctions visant 14 responsables politiques de la République démocratique du Congo, parmi lesquels Emmanuel Ramazani Shadary, dauphin de Joseph Kabila et candidat du Front Commun pour le Congo (FCC) à la présidentielle du 30 décembre. Ces sanctions ont été instaurées en 2016 et 2017 suite aux tueries du Kasaï, de l’Est, ainsi qu’aux répressions des manifestations pacifiques à Kinshasa et à l’intérieur du pays, sans oublier le report de l’élection présidentielle qui aurait dû se tenir il y a de cela deux ans.

Les relations diplomatiques entre Kinshasa et les puissances occidentales ne sont plus au beau fixe. En dehors de l’Union européenne, la RDC n’est pas en odeur de sainteté avec les États-Unis d’Amérique, ni avec le Conseil de sécurité de l’Onu, encore moins avec la Cirgl (Conférence internationale de la région des Grands Lacs) ou encore la Sadc (Communauté de développement de l’Afrique Australe) dont Joseph Kabila a séché le tout dernier sommet tenu au pays de Denis Sassou Nguesso. Les conclusions de ce sommet conjoint de deux organisations régionales ont été rendues publiques le 26 décembre 2018 à Brazzaville.

Par Stone

*

*

Monter

Login

Lost your password?