..."/>

OCC : curieuse agitation avant les élections syndicales

occ-1

Un groupe d’individus, sans titre ni qualité, venu réclamer 4 mois d’arriérés a été repoussé par des agents attitrés qui ne connaissent plus d’impaiements

Plusieurs passagers dans la commune de la Gombe, aux environs du siège de l’Office congolais de contrôle (OCC) ont vécu le  mardi 26 février  une scène sortant de l’ordinaire, avec l’arrivée d’un camion benne transportant un groupe d’individus venus réclamer 4 mois d’arriérés de salaire  pour services rendus dans la commune de la N’Sele. Dans cette partie de la capitale, ces personnes s’étant  reconnues comme employées de la   structure dénommée Corps des volontaires du Congo, en abrégé CVC, s’affairent aux travaux de construction des villas pour le compte de plusieurs souscripteurs évoluant dans plusieurs sociétés publiques de la place.

Se dirigeant bruyamment sur l’avenue du Port à partir de l’endroit où ils étaient déversés vers l’entrée du siège de l’OCC en pleins travaux de réhabilitation et de modernisation bien visibles de loin, ces employés de CVC  n’ont pas eu l’occasion d’accéder à l’intérieur de cet établissement. N’ayant ni titre, ni qualité, ils n’ont pas été autorisés à pénétrer dans l’enceinte de cette concession abritant plusieurs services et bureaux de l’Office.

Approchés par certains professionnels des médias, deux personnes dont l’une s’est fait passer pour le Superviseur adjoint, a laissé entendre que le mouvement a été commandité pour venir réclamer les arriérés de salaires en rapport aux  travaux d’érection des villas pour le compte des cadres et agents de l’OCC. Ceux-ci collaborent avec le  CVC qui a accepté la souscription des uns et des autres, régulièrement versée.

Ceux qui avaient souscrit pour l’acquisition des parcelles  sont déjà en possession de leurs titres de propriétés. Le CVC fonctionne avec une confédération syndicale bien connue dont des membres ont déjà compté parmi les délégués syndicaux à l’OCC.  Pourquoi ce mouvement n’a-t-il pas été orienté vers le CVC, dont le bureau de représentation est bien connu d’eux et même de plusieurs autres associations évoluant à Kinshasa ?

Cette question taraude plusieurs personnes, qui pensent vite à une manipulation ayant mal tourné. Ces observateurs sont d’avis que la petite action a été voulue pour salir les dirigeants de l’OCC ne faisant face à aucune fronde, comme c’est le cas dans plusieurs entreprises du Portefeuille, où des agents sont entrain de réclamer les arriérés de salaires.

Les améliorations sensibles ont été enregistrées à l’OCC depuis l’avènement de Célestin Pierre Risasi Tabu wa M’Simbwa, qui s’est notamment investi dans la signature et le respect du Protocole d’accord entre l’Employeur et la partie syndicale fixant les modalités pratiques de paiement des arriérés de salaires des agents actifs et non actifs. C’est seulement dans les provinces qu’il est question de la réduction progressive des arriérés des salaires et des gratifications, assorties de ce que les Agents de la partie Est de la RDC ont choisi de nommer « dignité retrouvée ».

Processus électoral à l’OCC

Cette agitation a été enregistrée  au moment où les dirigeants de l’OCC étaient en route pour la cérémonie de remise du certificat d’accréditation du laboratoire agroalimentaire de Matadi. Les commanditaires voulaient peut-être battre un grand coup qui s’est révélé par la suite sans effet. Ils doivent par contre se préoccuper du parachèvement du processus électoral à l’OCC, où il est demandé aux  organisations syndicales intéressées de prendre contact avec le Département administratif pour les formalités d’usages en vue de leur participation à ces élections devant se clôturer au plus tard le 15 mars.

Le Chef de Département Administratif, Mme le Directeur Gertrude Ndjoli Bekombe a signé un communiqué dans ce sens depuis le 25 février, date du  début de prise de contact pour les formalités d’usage. Ce, conformément à l’instruction du Ministre d’État, ministre sortant  du Travail, Emploi et Prévoyance sociale qui a demandé le 21 février dernier au DG de l’OCC de prendre des dispositions irrévocables en vue de parachever le processus électoral au sein de cette entreprise qui avait sollicité en septembre 2018 une dérogation spéciale.

Par K.Kap

*

*

Monter

Login

Lost your password?