..."/>

Incompatibilités des mandats publics : Le député Noël Botakile appelle ses collègues à se conformer à la Constitution

député Noël Botakile

Le député national Noël Botakile a rappelé à ses collègues membres de l’Assemblée nationale la nécessité d’opérer, de manière claire et nette, le choix entre leurs mandats d’élus nationaux et les postes qu’ils continuent d’occuper au sein du Gouvernement de la République ainsi que d’autres institutions du pays.

Cet élu du peuple congolais pour la troisième Législature de la troisième République a indiqué que ses collègues ayant gagné les élections législatives du 30 décembre 2018 et qui occupaient des postes au sein de l’exécutif national lors de la proclamation des résultats de ces scrutins, ont intérêt à se conformer à la Constitution en vigueur depuis le 18 février 2006, telle que complétée par la loi électorale, qui accorde aux nouveaux élus nationaux un délai de huit jours, à dater du jour de la validation de leurs mandats de députés nationaux, pour se positionner.

Ayant démissionné de son poste de vice-ministre au profit de son mandat d’élu national, Noël Botakile a expliqué que ce n’est qu’après avoir opéré ce choix et après l’avoir officiellement notifié aux instances compétentes du pays que les nouveaux députés vont commencer à jouir de privilèges reconnus aux représentants du peuple et que, s’ils choisissent pour leurs fonctions de membres du Gouvernement, ils auront renoncé à leurs mandats et ne seront plus députés durant toute la présente Législature, car les deux mandats sont incompatibles et ne peuvent pas être cumulés ou brigués conjointement par une même personne.

L’opinion se souviendra que la validation des mandats de nouveaux membres de la représentation nationale constitue le premier volet de la triple mission assignée au bureau provisoire de l’Assemblée nationale et que ce bureau s’est déjà acquitté de cette tâche depuis belle lurette.

« Malheureusement, » a-t-il constaté, « certaines personnalités ont continué de s’accrocher à l’exécutif national, prétextant qu’elles ne voudraient pas laisser un vide dans l’actuelle équipe gouvernementale dont la très grande partie de membres est frappée par l’incompatibilité, alors que le délai de huit jours sus évoqué est largement dépassé. »

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?