..."/>

Alors que le crime a été commis le 12 mars 2017 : Meurtre des experts onusiens : des agents de l’État arrêtés sans être inculpés

Michael Sharp et Zaida Catalan au Conseil de sécurité

Deux ans jour pour jour après l’assassinat des experts onusiens, la Suédoise Zaida Catalan et l’Américain Michael Sharp ainsi que de leurs accompagnateurs, près de la localité de Bunkonde, dans la province du Kasaï central, l’enquête semble au point mort. Si trois agents de l’État, notamment des inspecteurs de la Direction Générale des Migrations, José Tshibuabua et Thomas Nkashama, ont été arrêtés, personne pour l’instant n’est inculpé.

Les deux agents ont été arrêtés fin 2017, mais ils n’ont été présentés à la justice qu’un an plus tard.  C’était  juste avant la publication des révélations des « Congo Files ». Des milliers de pages de documents confidentiels de l’ONU qui pointaient leur responsabilité. Malgré cela, les deux hommes ne sont accusés « que » du meurtre des accompagnateurs congolais des experts de l’ONU.

Les accompagnateurs congolais

Quant au colonel Jean de Dieu Mambweni, il a été arrêté en décembre 2018 à Kananga, juste après les révélations des « Congo Files ». L’officier supérieur est soupçonné d’avoir joué un rôle primordial dans l’organisation de la mission des deux disparus.

L’homme se trouvait non loin du lieu du meurtre  le jour du double assassinat. Il est suspecté d’avoir fourni des munitions qui auraient servi à abattre les experts. Mais comme les deux autres agents de l’État, Mambweni n’a jamais été inculpé dans le cadre de ce dossier. Signalons que les corps des accompagnateurs de Sharp et de Catalan ont été retrouvés, le 24 avril 2018, dans le village de Moyo Musuila, à 60 km au nord de Kananga.

Par YHR

*

*

Monter

Login

Lost your password?