..."/>

Malgré la présence policière : L’Insécurité en pleine croissance à Goma

police congolaise

Des tueries et de kidnapping signalés chaque nuit au quartier Ndosho

Un climat sans pareil prévaut ce dernier temps à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu plus précisément au quartier   Ndosho.  Les habitants de ce quartier vivent dans la peur à cause de l’insécurité orchestrée par des assaillants non autrement identifiés qui sèment la terreur et la désolation chaque nuit.
Les cas de tueries et de kidnapping sont signalés pour la plupart aux environs de 19 heures, note une source locale.
La même source indique que les assaillants  utilisent des armes à feu ou des armes blanches et réussissent à maintes reprises à prendre le large sans être inquiétés.

Une des hypothèses évoque le cas des éléments de la rébellion rwandaise FDLR qui ont leur bastion dans le Parc national des Virunga et qui seraient les auteurs de cette violence au quartier Ndosho. Mais  le maire de la ville, Muissa Kense, évoque une complicité interne.  « Ce ne sont pas des extraterrestres qui viennent du ciel, qui tombent ici pour tuer des gens… il y a des armes qui sont cachées dans des maisons ici à Goma. », a déclaré, Muissa Kense dans une interview à la radio publique allemande.

Les patrouilles renforcées

Pour faire face à l’insécurité à Goma plus précisément au quartier Ndosho, les effectifs des policiers et des militaires ont été renforcés dans ce quartier. Mais l’efficacité de ce dispositif exige des moyens, comme le souligne Roger Tumbula, porte-parole du gouverneur de province.

« Tenir compte des gens qui gèrent la sécurité. Est-ce que le policier-là n’a pas de famille ? Vous pensez qu’ils vivent comment ? On doit tenir compte d’une approche globale par rapport à l’ensemble de ces questions pour que la tranquillité sociale soit retrouvée. », a déclaré Roger Tumbula. La police a mis la main sur certains présumés auteurs de ces violences à Ndosho et dans d’autres quartiers. La justice est à l’œuvre pour établir les responsabilités.

Un long chemin

Le chemin vers la stabilité de la RDC  est difficile surtout que  le pays regorge de ressources naturelles dont la gestion reste délicate, du fait de l’implication de divers acteurs, de plusieurs États et de groupes influents.  Démobiliser, désarmer, réintégrer socialement les combattants qui sévissent dans l’est de la République démocratique du Congo et éventuellement en intégrer une partie dans les rangs de l’armée régulière des FARDC, c’est l’objectif ambitieux que se sont fixées les autorités congolaises pour stabiliser le Sud- et le Nord-Kivu.

Ce dernier temps, l’insécurité est perceptible partout même dans la capitale où les délinquants appelés communément « Kulunas » sèment la terreur et la désolation dans certains coins de Kinshasa malgré la présence remarquée de la police et d’autres services de sécurité et de la défense.  Il appartient donc aux nouvelles autorités d’actionner les mécanismes en vue de mettre fin à l’insécurité à travers le pays.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?