..."/>

Épidémie d’Ebola en RDC, OIM : plus de 45 millions de voyageurs dépistés

Ebola en RDC plus de 45 millions de voyageurs dépistés

Dans sa contribution à la lutte contre l’épidémie d’Ebola en République Démocratique du Congo, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM)/RDC surveille notamment les lieux de passage stratégiques (appelés points de contrôle sanitaire et points d’entrée), à savoir des axes routiers très fréquentés, l’accès aux grandes villes, les marchés et les parkings, principalement au Nord-Kivu et en Ituri.

Faisant le point de la situation, l’OIM indique que 45.668.526 (quarante-cinq millions six cent soixante-huit mille cinq cent voyageurs-huit mille cinq cent vingt-six) voyageurs ont été dépistés depuis le début de l’épidémie d’Ebola et 562 alertes ont été enregistrées, dont 257 ont été validées comme de potentiels cas d’Ebola.

La source informe également qu’il y a 21 zones de santé affectées par l’épidémie et le risque de transmission du virus à d’autres provinces ou d’autres pays reste très élevé. Malgré les progrès réalisés, souligne l’OIM, la riposte à Ebola est confrontée à de nombreux défis.

En plus, dans des zones où la sécurité reste précaire, c’est là où se situent les points de contrôle sanitaire et les points d’entrée. Cette agence des Nations Unies parle de la nécessité de la mise en place de nouveaux points de contrôle à cause de l’importance des mouvements des populations dans les provinces concernées et l’apparition de l’épidémie dans de nouvelles localités.

Un partenariat avec le gouvernement

En ce qui concerne la note d’informations de l’OIM, le Gouvernement de la RDC et l’OIM ont signé le 28 mars 2019 un accord de 4,9 millions Usd sur la riposte à Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, financé par la Banque mondiale.

L’objectif principal de ce projet est de contribuer à stopper la transmission du virus au Nord-Kivu et en Ituri. Ainsi, la surveillance et la prévention aux points de contrôle sanitaire et aux points d’entrée seront renforcées et les compétences du PNHF en matière de gestion des épidémies infectieuses et de coordination de la réponse seront consolidées.

Alors que le nombre de 1.089 cas d’Ebola a été atteint, ce projet va permettre de maintenir les activités au niveau des points de contrôles existants et d’en établir de nouveaux en fonction de l’évolution de l’épidémie, en coordination avec les autres acteurs de la riposte à Ebola.

Par TSM

*

*

Monter

Login

Lost your password?