..."/>

Transport en commun à Kinshasa : Énième retour du phénomène « Demi-terrain »

Pour décourager les coupables, le ministère provincial en   charge du transport a pris l’engagement de procéder, ce lundi 15 avril 2019 à travers toute la ville, au contrôle des documents de bord de véhicules commis au transport en commun

Depuis quelques années, les kinoises et kinois qui se déplacent à l’aide des véhicules de transport en commun sont butés à d’énormes difficultés leur imposées par les conducteurs de ces véhicules qui sectionnent les itinéraires  définis par le gouvernement provincial. Cette pratique appelée communément « demi-terrain » a pris des allures très inquiétantes. Ce qui fait que pour se déplacer à Kinshasa et aller d’un endroit à l’autre, il faut avoir une poche remplie.
Le ministère provincial en charge du transport s’implique.

Conscient de la situation, le ministère provincial en charge du transport condamne la recrudescence  de cette pratique qui consiste à sectionner les itinéraires déjà définis. Il a décidé de procéder au contrôle des véhicules dès ce lundi 15 avril 2019 à travers toutes les artères de la ville province de Kinshasa. Cet exercice vise les documents de bord de véhicules commis au transport en commun. Il s’agit principalement du certificat de contrôle technique, de l’autorisation de transport des personnes et des biens ainsi que de la taxe de stationnement à tous les parkings publics.

L’inquiétude de la population

Le système demi-terrain reste un casse-tête pour la population kinoise qui est obligée de faire de se déplacer chaque jour,  soit pour des raisons de service, d’affaires, familiales ou de détente. Les conducteurs des véhicules ont foulé au pied les tarifs définis par l’autorité provinciale. Pour chaque itinéraire, les passagers sont obligés de payer le double ou le triple du prix fixé officiellement par l’autorité compétente, surtout pendant les jours ouvrables où on est obligé de payer 2000 FC là où on devrait payer 1000 FC, ou encore 1000 FC au lieu de 500 FC .

Expression de reconnaissance à la TRANSCO

La population kinoise n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance à la société de transport au Congo (TRANSCO) qui, malgré les distances effectuées par ses bus, maintient toujours le prix fixé. Une maman nous a confié que ce moyen de transport joue un rôle très capital dans la vie de nombreuses personnes qui se déplacent pour des raisons de service.

A travers toute la ville de Kinshasa, le prix du billet des bus TRANSCO est le même. De l’UPN à l’UNIKIN, de la cité     Verte au marché central (Zando), de l’UPN à la gare centrale, de Mbudi et Pompage au marché central, de la Tshangu (Masina, Kingasani, Kimbanseke) au centre-ville et du quartier Salongo de Limete à Kinkole, le prix du billet est toujours à 500 FC. Les démarches entreprises par le ministère provincial en charge du transport sont donc saluées par la population kinoise qui aspire au changement.

Par Thony Kambila

*

*

Monter

Login

Lost your password?