..."/>

La population de Beni demande pardon à Félix Tshisekedi

population de Beni demande pardon à Félix Tshisekedi

Dans son adresse devant la mairie de cette ville, le chef de l’État a réitéré sa promesse
de campagne,  celle  d’éradiquer l’insécurité et la maladie à virus Ebola

Après Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga,  Goma, capitale de la province du Nord–Kivu, le chef de l’État congolais, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a foulé hier mardi 16 avril 2019 aux alentours de 12 heures locales, la ville de Beni dans la partie Nord du Nord-Kivu. Cette ville est en proie à l’insécurité et à l’épidémie de maladie à virus Ebola et la visite du chef de l’État est comme un réconfort du père de la Nation à son peuple après les élections du 30 décembre dernier.

Il a été accueilli à son arrivée à Beni par une foule nombreuse. Une source à Beni fait savoir qu’au niveau du rond–point du 30 juin, le public était venu nombreux pour accueillir le Président de la République en scandant le cri « baba utusamehe », entendez « père, pardonne-nous ». Ce qui laisse croire que cette population de Beni a été induite en erreur après les scrutins du 30 décembre 2018 dont les résultats ont été contestés par la coalition Lamuka, plateforme électorale soutenant la candidature de Martin Fayulu. Ce dernier était incapable de fournir les preuves devant la Cour Constitutionnelle siégeant en matière de contentieux électoral.

Répondant à cette sollicitation de la population de Beni au cours d’un meeting tenu devant le bâtiment abritant la mairie de cette ville, le Chef de l’État s’est montré ouvert vis-à-vis de cette population. « Je vous dis ceci, c’est inutile de me demander pardon, mais nous sommes en démocratie, votre geste est un signe de démocratie…. », s’est exprimé le Président de la République.

Déterminé à éradiquer l’insécurité et Ebola

Au cours de ce meeting, le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a réitéré sa promesse de campagne en promettant à la population de Beni sa disponibilité de tout faire pour mettre fin à l’insécurité et éradiquer la maladie à virus Ebola dans cette partie de la province du Nord-Kivu.

« Nous avons jugé bon de nous déplacer à Beni pour nous rendre compte de la situation sécuritaire  et de l’épidémie de  maladie à virus Ebola. Nous allons disponibilisé tous les moyens possibles pour mettre fin à l’insécurité et à Ebola », a martelé le Chef de l’État congolais. Ce dernier a également indiqué que les troupes militaire et policière actuellement déployées dans cette région seront remplacées par des nouvelles unités bien formées.

Après le meeting, le président Félix Tshisekedi, sous l’ovation de la foule,  s’était rendu à l’hôpital général de Référence de Beni, plus précisément au centre de traitement d’Ebola, pour s’enquérir de la situation. Il faut signaler qu’à sa descente d’avion en provenance de Goma, le remplaçant de Joseph Kabila a respecté les procédures d’usage à l’aéroport de Mavivi en lavant les mains.

Partout où il est passé, de Lubumbashi à Beni, en passant par Goma, le chef de l’État a été accueilli par une foule nombreuse. Profitant de son séjour à Goma, le père de la Nation congolaise a échangé avec les élus de la province du Nord-Kivu y compris ceux de Lamuka, une façon de montrer à l’opinion nationale et internationale qu’il est le président de tout le monde, même de ceux qui n’ont pas voté pour lui.

Le député national et ancien gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku qui s’est confié à la presse a salué l’engagement et la détermination du président Félix Tshisekedi pour le retour et la paix et de la sécurité dans la région. Les élus du Nord-Kivu ont promis d’accompagner le président de la République pour le retour de la paix et de la sécurité dans leur province. Félix Tshisekedi avait promis de faire les tournées à travers toutes les provinces du pays afin de remercier la population qui l’avait voté lors des élections du 30 décembre 2018.

Le père de la Nation congolaise a profité de sa visite au Nord-Kivu pour se rendre à Beni afin de compatir avec la population de cette partie de la RDC, victime d’un climat d’insécurité créée par les rebelles ougandais des ADF.  Dans son programme d’urgence de 100 jours, le Nord-Kivu est pris en compte par le père de la Nation Congolaise.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?