..."/>

Pour soulager les populations meurtries de ce territoire, Yumbi : la réponse humanitaire s’organise

Des rescapés de Yumbi dans un camp des réfugiés improvisé

Les équipes déployées par la Mission des Nations Unies au Congo ainsi que des humanitaires sur place, continuent à livrer les kits de première aide aux populations sinistrées du territoire de Yumbi et ses environs.
Cette partie de la province de Mai Ndombe, on le sait,  a été le théâtre des violences intercommunautaires meurtrières du 16 au 18 décembre 2018. Violences  qui avaient causé la mort de près de 900 personnes  et fait des  milliers de déplacés ayant fui leurs habitations.

Quelques mois après ce drame qui continue à faire couler encre et salive au pays et sur le plan international, sur le terrain, malgré l’accalmie observée, la population sinistrée de cette partie du pays vit entre l’espoir et la peur, surtout quand on sait que ce territoire est menacé par la famine. Face à cette situation, la communauté humanitaire s’organise pour apporter de l’assistance aux victimes des violences de Yumbi.

« La communauté humanitaire a déjà fait des rotations afin d’apporter de l’aide d’urgence, c’est à dire des médicaments, de la nourriture, des tablettes pour purifier l’eau et des kits de malaria parce que nous sommes dans une zone endémique du paludisme. Donc il était important de pouvoir apporter rapidement cette première aide d’urgence sur la zone de Yumbi. Quant aux personnes qui sont de l’autre côté du fleuve Congo, elles sont prises en charge par le HCR. », note une source onusienne.

En attendant que la situation s’améliore, les populations de Yumbi essayent de vivre avec le peu d’aides qu’elles reçoivent et en appellent surtout à une assistance de l’État congolais, tant que la résolution du conflit entre Banunu et Batende qu’au niveau d’une prise en charge peut permettre de relancer le secteur économique.
La Mission des Nations Unies au Congo ainsi que des équipes d’humanitaires effectuent des rotations pour apporter leur soutien aux populations restées sur place et à celles qui se sont réfugiées sur les îlots voisins, indique cette source.

Rappel des faits

Tout avait commencé au mois de décembre dernier, lors du rapatriement de la dépouille du chef coutumier des Banunu à Yumbi dans la province de Mai-Ndombe. Les Batende n’ont pas apprécié cette initiative des Banunu. D’où le déclenchement des violences communautaires ayant entrainé plusieurs dégâts  matériels importants et des pertes en vies humaines.

Malgré les efforts menés par l’État congolais avec l’appui des Nations Unies, l’insécurité demeure encore perceptible à Yumbi. Ce qui témoigne d’une situation fragile et susceptible de raviver les violences communautaires dans ce territoire aujourd’hui meurtri.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?