..."/>

Assemblée nationale : Le calendrier électoral du bureau définitif enfin publié

palais du peuple

Selon ce chronogramme, le dépôt des candidatures est prévu aujourd’hui jeudi 18 avril, tandis que la campagne électorale aura lieu  les samedi 20 et lundi 22 avril

Le calendrier de l’élection des membres du bureau définitif de l’Assemblée nationale a été publié hier mercredi 17 avril, lors de la séance plénière dirigée par Pierre Maloka, président du bureau provisoire de cette chambre législative. Selon ce chronogramme, le dépôt des candidatures aux différents postes dudit bureau est prévu aujourd’hui jeudi 18 avril ; l’affichage des listes des candidats interviendra demain vendredi 19 avril ; la campagne électorale se déroule samedi 20 avril et lundi 22 avril.

Pendant ces deux jours de campagne électorale, le calendrier prévoit la tenue des deux séances plénières consacrées à l’audition des messages des candidats. L’élection proprement dite aura lieu mardi 23 avril. Elle sera suivie de l’installation officielle des nouveaux membres du bureau définitif de l’Assemblée nationale.

L’Opposition parlementaire décide de boycotter l’élection

Dans une motion d’information présentée à travers son représentant Christophe Lutundula, l’Opposition parlementaire a décidé de ne pas participer à l’élection des membres du bureau définitif de la représentation nationale, refusant de ce fait le poste de rapporteur adjoint qui lui est réservé à l’issue des négociations avortées avec la Majorité parlementaire. L’Opposition s’est ainsi exprimée pour couper cours au débat houleux et interminable entre les deux familles politiques, qui n’ont pas pu trouver un consensus sur le partage des postes du bureau définitif, en vertu de l’article 26 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

L’Opposition réclame la validation des mandats des députés vainqueurs de l’élection partielle de mars 2019 organisée, non seulement dans la province du Nord-Kivu, précisément dans les circonscriptions de Beni, Beni ville et Butembo, mais aussi dans la province du Maï-Ndombe, dans le territoire de Yumbi.

La validation de ces mandats permettrait l’augmentation du nombre des députés nationaux appartenant à l’Opposition, qui va passer de 103 à 113. Elle lui donnerait le droit d’occuper deux postes au sein du bureau définitif, dont celui de deuxième vice-président.

Pour sa part, la Majorité estime que le processus de validation desdits mandats est si long qu’il retarderait la mise en place du bureau définitif, au moment où le peuple tient à voir la représentation nationale se mettre au travail, en vue de trouver des solutions adéquates aux problèmes qui se posent actuellement au pays.

C’est à cause de cette sorte de dialogue de sourds que les députés de l’Opposition parlementaire ont décidé de sortir de la salle des Congrès du Palais du peuple, siège du Parlement de la République. Il est à noter que, le 9 avril dernier, les deux familles politiques avaient signé un procès verbal (PV) de non conciliation marquant l’échec de leurs négociations. Ce PV a été lu par le rapporteur de l’Assemblée nationale, Jackson Ausse, lors de la séance plénière d’hier mercredi.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?