..."/>

Selon la Faculté d’Agronomie de l’UNIKIN : Kinshasa produit près de 10.000 tonnes de déchets ménagers par jour !

Poubelle

Me Elodie  Muzigirwa, coordonnatrice nationale du collectif des organisations de la société civile pour la santé et la lutte contre le sida (COSAP) vient de révéler  que la ville de Kinshasa, capitale de la RDC, produit environ 10.000 tonnes de déchets ménagers par jour.

C’était à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Paludisme célébrée le 25 avril qu’elle a fait cette révélation, citant les données fournies par la Faculté d’Agronomie de l’Université de Kinshasa.  Me Elodie  Muzigirwa regrette cependant de constater que ces immondices  finissent par s’accumuler dans les rivières et caniveaux  de Kinshasa par manque d’une politique gouvernementale et urbaine d’assainissement de la ville.

Selon elle, une ville comme Kinshasa avec plus de 12 millions d’habitants, produit une quantité de déchets évaluée à 10.000 tonnes par jour. Et ces déchets s’accumulent dans les rivières et caniveaux, causant l’insalubrité, et plusieurs maladies dont la malaria, e portant gravement atteinte à la biodiversité.  Face à cette situation, Me Elodie Muzigirwa interpelle la communauté congolaise dans son ensemble sur le rôle qu’elle doit jouer pour s’attaquer aux vrais problèmes du paludisme.

Pour elle, « chacun de nous doit se sentir concerné dans la lutte contre cette pathologie en travaillant pour l’hygiène et l’assainissement. « Si on ne gère pas ce problème en amont, on risque de vivre le pire. Chacun de nous doit se considérer comme un acteur principal de lutte contre la malaria », tance Me Elodie Muzigirwa.  C’est pourquoi elle  invite l’Etat congolais à prendre des mesures efficaces pour lutter contre le paludisme. Me Elodie exhorte aussi le gouvernement de la RDC à prendre en charge la lutte contre le paludisme au lieu de laisser ce secteur aux privés qui sont à la base de beaucoup ratés.

« La malaria constitue un grand risque pour les investisseurs », a noté Me Elodie  Muzigirwa.
De son côté, Dr Félix Muzigirwa, secrétaire exécutif du COSAP, plaide pour que la distribution des moustiquaires  imprégnées d’insecticides se fasse comme il faut.

Notons que le Collectif des organisations de la société civile pour la santé et la lutte contre le Paludisme(COSAP) à été à la base d’une lettre ouverte adressée au ministre de la Santé publique de la RDC fustigeant la distribution des moustiquaires imprégnées de marque DAWA/Tawa « sous-dosées » d’insecticides. Cette lettre avait provoqué la panique auprès du gouvernement de la RDC et des partenaires techniques et financiers intervenant dans la lutte contre la malaria. Jusque-là, le COSAP continue d’attendre les résultats de l’enquête de l’INRB et de l’Université de Kinshasa.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?