..."/>

100 Jours du Président Félix A. Tshisekedi à la tête de la RDC : Des mesures de consolidation de la démocratie et de relance saluées

Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo

Il s’agit de la liberté d’expression et des manifestations libres, libération des prisonniers politiques, fermetures des cachots illégaux de service de sécurité de l’ancien régime, négociations et solutions aux revendications sociales, transparence et rigueur dans la gestion et l’utilisation des crédits publics, réhabilités de nombreuses routes surtout de desserte agricole, l’électrification de certaines villes abandonnées, augmentation des recettes nationales, et autres!

Investi officiellement le 24 janvier 2019 au cours d’une cérémonie grandiose de passation pacifique et civilisée de pouvoir, qui a été une première depuis l’accession du pays à son indépendance, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a totalisé le 04 mai dernier ses jours à la tête de la RD Congo.

Depuis lors, le bilan de 100 premiers jours du nouveau chef de l’État est établi dans tous les sens. Des jugements de 100 jours de fois partisans selon qu’on ne supporte pas la tête de celui qui dirige actuellement le pays, sinon on est objectif, quand on sait dans quelle situation de précarité se trouve la RD Congo après les 18 ans de règne de Joseph Kabila, les 4 M’Zée Laurent-Désiré Kabila et les 32 de règne du Maréchal Mobutu.

Une chose est vraie, ce qu’il y a des signaux forts attestant actuellement que la RD Congo est en train de rentrer petit à petit dans le rail. De nombreux observateurs avertis reconnaissent les efforts fournis pour le nouveau Pouvoir de Kinshasa. Félix A. Tshisekedi a même été félicité pour l’élan voulu irréversible qu’il est en train d’imprimer pour la consolidation de la jeune démocratie congolaise, à travers une série de mesures prises depuis son accession à la Magistrature suprême il y à peine 100 jours.

Parmi ces mesures de consolidations de la démocratie et de relance économique, qui sont saluées, il faut citer la liberté d’expression et des manifestations libres, libération des prisonniers politiques, fermetures des cachots illégaux de service de sécurité de l’ancien régime, négociations et solutions aux revendications sociales, transparence et rigueur dans la gestion et l’utilisation des crédits publics, réhabilités de nombreuses routes surtout de desserte agricole, l’électrification de certaines villes abandonnées, augmentation des recettes nationales, et autres.

Pas encore de Gouvernement

Pour l’heure, il paraît un peu difficile de faire un bilan du chef de l’État alors que le Gouvernement n’est pas encore mis en place. Il faut ainsi que le Président Félix A. Tshisekedi nomme le plus rapidement possible le nouveau Premier ministre qui va former le Gouvernement afin de se mettre vite au travail pour l’amélioration du social des Congolais longtemps plongés dans une misère sans pareille.

Une chose est aussi vraie, ce que le chef de l’État, Félix A. Tshisekedi, a de nombreux défis à élever. Le peuple, qui l’observe, nourrit de grandes attentes. Pour la majorité de Congolais l’arrivée de Félix Tshisekedi doit marquer une rupture du passé douloureux  du pays.

Concernant le programme d’urgence de  100 premiers jours du Président de la République a permis de relever la volonté du nouveau régime de Kinshasa de relancer la croissance en RD Congo. Ce programme est fixé à la hauteur de plus de 304 millions USD,  sur financement du Trésor public (200 millions USD), du Fonds de promotion de l’industrie (70 millions USD) et du Fonds d’entretien routier (23 millions USD). Un programme d’urgence, des secteurs à fort impact social qui sont les routes, la santé, l’éducation, l’habitat, l’énergie (eau et électricité), l’emploi, le transport et l’agriculture.

Il faut enfin relever que les 100 jours du Président Félix A. Tshisekedi sont marqués par des signes qui traduisent sa volonté de changer positivement les choses dans le pays. Cela même si, en ce qui concerne la corruption et de la promotion de la bonne gouvernance, on attend encore voir le chef de l’État traduire en acte son engagement de «déboulonner» les vieilles habitudes du régime Kabila.

Ainsi, le Président Félix A. Tshisekedi a vraiment du pain sur la planche, surtout que  l’ancien chef de l’État Joseph Kabila passe pour le «Maître» du Parlement avec sa majorité acquise dans les deux Chambres (basse et haute) ne cesse de s’afficher et donnant l’impression de contrôler encore les choses.

Par LKT

*

*

Monter

Login

Lost your password?