..."/>

En perspective de la formation du prochain gouvernement national : La lutte pour le fauteuil du ministre des sports lancée

Le ministre des sports et loisirs du prochain gouvernement national sortira du milieu sportif. Ce principe sorti des couloirs de la Présidence de la République a provoqué la levée des boucliers dans le village des sports où se mène actuellement une lutte feutrée pour l’occupation de ce fauteuil dans premier gouvernement de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Des noms sont avancés sur la ligne de départ. Marcel Amos Mbayo Kitengie, le président du Comité olympique congolais et de la fédération congolaise de handball, Barthélemy Okito, l’ancien président de la fédération de judo et actuel secrétaire général au ministère de tutelle, Christian Matata, l’un des vice-présidents du C.O.C (Comité olympique congolais)  et président de la fédération de volley-ball , François-Claude Kabulo Mwana Kabulo, chargé des missions du même organisme, journaliste des sports bien connu sur l’échiquier tant national qu’international et ancien directeur des sports à la Radio Télévision Nationale Congolaise ainsi que Ngandu Malik, opérateur économique et sportif de Mbuji-Mayi, le chef-lieu de la province diamantifère du Kasaï-Oriental et président de la ligue de football de cette partie du pays. Kabalo Mwana Mbuyi était aussi cité. Mais, il serait dévolu à d’autres fonctions au niveau des médias nationaux.

Sur terrain, un drôle de campagne a commencé chez quelques uns de ces  » candidats « . Il ne s’agit pas ici de présenter le bilan de sa contribution dans le monde sportif. Plutôt de salir l’autre afin de l’éliminer, de le disqualifier de la course auprès de l’autorité qui  aura à faire le choix sur la personne à nommer.

Le dernier incident qui a opposé Mme Astrid Madiya, la ministre de la culture et des arts désignée à l’intérim à la tête des sports et loisirs, aux membres du cabinet de Papy Niango Mushemvula en a présenté les premières prémices. Pour raisons d’intérêt financier, ces derniers ont carrément mis les bâtons sous les roues de Madiya au point de lui refuser l’accès aux dossiers sensibles et au bureau du département des sports.

Ce qui l’a poussée à la démission de ce compartiment gouvernemental. La diabolisation des adversaires les plus coriaces est à la mode sur les réseaux sociaux, dans une certaine presse par l’entremise des certains chevaliers de la plume et du micro de la place kinoise. Le prochain responsable de la chose sportive nationale, s’il doit venir du milieu, devra incarner la nouvelle donne de changement que représente le successeur de Joseph Kabila.

Il aura le devoir de déboulonner une certaine mafia qui s’est ancrée dans le milieu, surtout avec le fameux  » Maboko Banque  » qui a enrichi des dirigeants sensés être au service du sport sur le dos  des entités sportives qu’ils dirigent. On devra se méfier de ceux qui ont dilapidé l’argent destiné aux compétitions tant nationales qu’internationales au vu et au su de tout le monde sans être inquiété…

JC Lomboto

*

*

Monter

Login

Lost your password?