..."/>

La gestion et la gouvernance de l’eau préoccupent l’UNESCO

barrage d'Inga sur le fleuve Congo.

L’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) a débuté, hier lundi, avec la conférence internationale sur l’eau.  Cette rencontre de deux jours, soit du 13 au 14 mai de cette année, consiste à mettre à profit la gestion intersectorielle des ressources en eau pour faire avancer une sécurité de l’eau et une paix durables.

Selon l’UNESCO, la planète est caractérisée par ses abondantes masses d’eau. Toutefois, l’eau douce utilisable ne représente que moins de 1% de ces ressources. Et pourtant, reconnaît la même source, l’homme a toujours besoin de l’eau pour réaliser presque toutes ses activités.

Il s’agit notamment de la production d’aliments, de l’énergie ou encore des loisirs. Aussi, la gestion et la gouvernance de l’eau ont une forte incidence sur la santé des hommes et des écosystèmes, et reflète les conditions d’égalité des genres, d’éducation de diversité culturelle d’une région donnée. Les ressources en eau, souligne l’UNESCO, sont essentielles au développement durable et à la réduction de la pauvreté.

Il convient de signaler que cette conférence internationale a pour objectifs de discuter des approches transectorielles pour la gouvernance et la gestion des ressources en eau ; de lancer un appel à l’action pour encourager, embrasser et adopter le principe d’une gestion intersectorielle de l’eau, de partager les bonnes pratiques assurant la participation, la transparence et le partage d’informations et de donner des preuves de l’importance de l’interdisciplinarité et de l’intégration des sciences pour soutenir les États membres dans leur atteinte des objectifs des agendas internationaux liés à l’eau.

Notons qu’à travers ces assises, l’UNESCO réunit autour d’une table ses parties prenantes et ses partenaires pour partager des solutions innovantes aux problèmes actuels. Grâce à son expérience et son expertise dans les domaines de l’éducation, des sciences, de la culture, et de la communication, l’agence spécialisée onusienne  aura ainsi à proposer des approches holistiques et durables pour résoudre les problèmes liés à la gouvernance et la gestion de l’eau.

Par Tantia Sakata

*

*

Monter

Login

Lost your password?