..."/>

Ouvrant le séminaire de leur mise en train : Félix Tshisekedi appelle les gouverneurs de provinces à un « comportement exemplaire »

Le président Félix Tshisekedi devant les gouverneurs de provinces

Parmi les maux à bannir, il a notamment cité  la corruption, le détournement de denier public, le tribalisme, le népotisme, la concussion, le clientélisme, l’incivisme…

 Le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a exigé hier  lundi au Kempiski Fleuve Congo-Hôtel un  » comportement exemplaire  » des nouveaux gouverneurs de province, en majorité issus du  Front Commun pour le Congo (FCC), coalition proches de l’ancien président Joseph Kabila Kabange, en les mettant en garde contre la  » corruption  » et les  » tracasseries  » qui minent le pays.

S’exprimant en ouverture d’un séminaire de  » mise en train de nouveaux gouverneurs élus et leurs adjoints « , au total 23 gouverneurs élus en mars (sur les 26 provinces que compte le pays),  le chef de l’État a notamment expliqué à ses vis-à-vis qu’ils avaient l’obligation d’élaborer leurs programmes  en  y intégrant sa vision qui vise le développement intégral de la RD Congo.

Combattre  la corruption, l’incivisme, le tribalisme …

  » Je combattrai avec la dernière énergie la corruption, le détournement de denier public, le tribalisme, le népotisme, la concussion, le clientélisme, l’incivisme… « , a prévenu Félix  Tshisekedi. De retour de plusieurs déplacements en province, l’homme  s’est d’ailleurs déclaré choqué par les tracasseries administratives, policières et militaires qui heurtent la population.

 » Ma vision se décline autour de quatre axes stratégiques qui sont : l’homme, la croissance économique, la bonne gouvernance et la société solidaire « , a détaillé Tshisekedi. Il a expliqué que ses priorités sont regroupées dans vingt piliers,  citant par exemple  la pacification du pays, la réconciliation nationale, la consolidation de la démocratie, l’instauration de l’État de droit et son autorité à savoir :

l’armée nationale, la police nationale, les services de renseignement, la justice, les droits de l’homme, l’administration publique, l’administration du territoire et la décentralisation. La réhabilitation de l’image de la diplomatie, la lutte contre la corruption et les crimes économiques, la consolidation de la stabilité macroéconomique et l’assainissement des finances publiques ainsi que la réforme du système financier font aussi partie de ses priorités.

Un contrat-programme entre l’exécutif national et les gouvernements provinciaux

L’intervenant a insisté sur  l’éducation, la mise en place de la couverture maladie universelle, la promotion d’emploi, l’autonomisation de la femme et la promotion de la jeunesse,  l’amélioration du climat des affaires et la promotion de l’entreprenariat.  A cela s’ajoutent la lutte contre les changements climatiques, l’accès à l’eau et l’électricité, l’aménagement du territoire, le développement et la modernisation des entreprises, le développement de l’agriculture, la diversification de l’économie nationale, le développement du commerce, de l’industrie et des PME, la redynamisation du secteur des mines et des hydrocarbures, le développement du tourisme, de la culture et des arts, la lutte contre la pauvreté, l’exclusion et la vulnérabilité.

Le numéro un congolais  a déclaré vouloir faire signer un contrat-programme entre l’exécutif national et les gouvernements provinciaux pour mieux évaluer la gestion des gouverneurs et mieux sanctionner les auteurs des abus. Officiellement investi le 24 janvier, Félix  Tshisekedi n’a toujours pas nommé de Premier ministre.

Par YHR

*

*

Monter

Login

Lost your password?