..."/>

Des ratés dans l’opération  » salubrité  » à Kinshasa : Des milliers de familles vivant de la débrouille condamnées à mort

Pour l’homme de la rue, il s’agirait là du début de l’exécution d’un vaste complot tendant à discréditer Félix Tshisekedi…

Depuis de longues décennies la ville de Kinshasa est considérée à tort ou à raison comme la capitale la plus sale  de l’Afrique noire. Elle a été gouvernée par des personnalités controversées, dont certaines continuent de se manifester  sans gêne ni remords dans les allées du pouvoir jusqu’à ce jour. En remontant le cours de l’histoire de cette ville, on est ahuri de constater qu’aucun de ses responsables ne s’était préoccupé du développement de secteurs générateurs de bien-être individuel et collectif, l’essentiel de leur gestion quotidienne ne se limitant qu’à la perception des taxes et redevances, dont la destination vers les caisses de l’État est et demeure toujours très discutable.

Faute donc d’une gouvernance créatrice d’emplois, pour l’émergence  de la majorité de la population  de Kinshasa, la planche de salut restait la débrouille dans les rues, qui sont quotidiennement prises d’assaut par des vendeurs  de pacotilles à la sauvette  ou par des restaurateurs de fortune  » Malewa  » ou encore par des buvettes improvisées  » Nganda « .

Une incitation à la révolte ?

Tous ces petits commerces qui fonctionnent d’une manière spontanée dans l’informel laissent énormément de déchets sur le terrain, que l’administration urbaine est incapable de gérer, malgré ses énormes moyens en hommes ainsi qu’en matériels, mais aussi et surtout en argent, via la haute puissante Direction Générale des Recettes de Kinshasa (DGRK).

Aujourd’hui, les déchets générés par l’informel deviennent comme par hasard un cheval de bataille pour les responsables d’hier de la ville de Kinshasa, qui ne s’étaient jamais avisés d’aider la population à créer des activités productives pour sa survie et de veiller à la salubrité notamment par le recyclage  des déchets.

Au lieu de trouver des voies et moyens susceptibles de résoudre  les deux problèmes majeurs, ces derniers s’ingénient à imposer une opération de salubrité qui s’apparente à une incitation-camouflet  de la population à la révolte : casse ou incendie systématiques de matériels mis en place par les propriétaires de commerces incriminés , confiscation et dissipation des marchandises exposées par leurs propriétaires , coups et blessures volontaires infligés et autres exactions rapportées par des témoins ….

Tel que cette opération est menée ces derniers jours, ses ratés à Kinshasa doivent interpeller le gouvernement. Pour l’homme de la rue, il s’agit là du début de l’exécution d’un vaste complot tendant à discréditer Félix Tshisekedi… Une affaire à suivre, qui pourrait surprendre dans les jours à venir.

Par Bamporiki Chamira

*

*

Monter

Login

Lost your password?