..."/>

Prise en charge des victimes des violences sexuelles : 25 prestataires de soins formés à Bukavu

Le projet PEP de la Fondation Panzi a organisé un atelier de recyclage des prestataires de soins sur la prise en charge des victimes des violences sexuelles au sein des structures de santé qu’ils servent. Cette formation de trois jours a été animée par des acteurs intervenant dans divers services du modèle holistique de Panzi, le One Stop Center. 25 prestataires de soins (infirmiers et médecins), associés à trois animateurs d’émissions radios, ont été conviés à cette séance de recyclage.

Le panel de facilitateurs était composé d’un médecin spécialisé dans le prélèvement des preuves médicolégales, d’un médecin coordinateur provincial de la santé sexuelle, d’un médecin du programme national de lutte contre le VIH/SIDA et d’un psychologue clinicien de la Fondation Panzi. Les participants venus de différentes zones de santé de la province du Sud-Kivu ont été pris en charge au sein de leurs structures en vue de prendre en charge des victimes de violences sexuelles provenant de la communauté.

Vue la recrudescence de violences sexuelles, ce personnel soignant a besoin d’un accompagnement soutenu, afin d’offrir aux patientes un service de qualité. Les prestataires de soins ont été édifiés sur des sujets concernant leur profession, spécifiquement en matière de violences sexuelles.

Le temps fort

Le psychologue clinicien Marc Ombeni, coordinateur du pilier psychosocial à la Fondation Panzi, a facilité la discussion autour d’éléments clés pour l’accompagnement psychosocial des cas des Violences sexuelles et basées sur le genre. L’intervention du Docteur Robert Nyamugalagaza, coordinateur provincial du Programme National de la Santé de la Reproduction, a essentiellement porté sur les notions de base de violences sexuelles, en insistant sur ses causes, ses facteurs et ses conséquences, ainsi que les mesures de prévention.

  La présentation de Dr Patrick Bigabwa de l’Hôpital de Panzi a porté sur la démarche à suivre pour la récolte d’informations légales auprès de la victime en donnant les orientations sur la collecte des preuves médicolégales ; tandis que Dr Eddy Muhigiri s’est penché sur la prévention du VIH, le protocole de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles et la notion du dépistage.

  Toutes ces thématiques avaient comme objectif d’outiller les participants des nouvelles  connaissances  sur la gestion clinique des cas des violences sexuelles et les mécanismes de renforcement du suivi communautaire. La Fondation Panzi met à la disposition des structures de santé se trouvant en milieu rural, des kits de Prophylaxie Post Exposition (PEP) afin d’apporter assistance aux victimes qui leur parviennent dans la marge de 72 heures après l’occurrence du viol.

Ravitailler des structures rurales en  kits de Prophylaxie

Pour rappel, le projet PEP se charge du ravitaillement des structures rurales en  kits de Prophylaxie et organise régulièrement des séances de mise à niveau des prestataires de soins sur la prise en charge des cas de violences sexuelles selon modèle de Panzi. Ce projet est réalisé, par la Fondation Panzi depuis 2012, grâce à l’appui financier et technique de  » Global Strategies « .

Pour sa part, le One Stop Center englobe les soins médicaux et psychologiques, l’accompagnement juridique et judiciaire ainsi que la réinsertion socioéconomique, est un paquet de service qui répond à tous les besoins de prise en charge d’une femme victime de violences sexuelles.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?