..."/>

La BCC invitée à redresser la MECRECO

Banque Centrale

Pour pousser la Banque Centrale à réaliser cette action, les membres du collectif pour la sauvegarde de cette mutuelle ont exprimé leur mécontentement en organisant hier mardi le 21 mai à Kinshasa une marche pacifique, qui les a conduit jusqu’au Palais de la Nation pour déposer leur mémorandum, dans lequel ils en appellent à l’implication des autorités du pays

La journée d’hier mardi 21 mai  a été choisie par les membres du collectif pour la sauvegarde de la Mutuelle d’épargne et de crédit du Congo(MECRECO) pour exprimer leur mécontentement  par rapport à leurs conditions de travail. Cette information a été donnée par Mme Mimi Djokaba, membre dudit collectif, lors d’un entretien avec la presse.

Ce que veut les membres du collectif

Selon Mimie Djokaba, l’objectif poursuivi par les manifestants en organisant cette marche pacifique, partie de la Banque Centrale du Congo (BCC) jusqu’au Palais de la Nation, est de revendiquer leurs droits en exigeant  à la BCC de leur retourner  la mutuelle. Selon cette source sûre, la Banque Centrale du Congo avait pris l’initiative de mettre cette mutuelle sous un comité d’administration provisoire.

Cette démarche était pour une mission de 45 jours, juste pour relancer la MECRECO. Près de 3 ans plu tard, la BCC n’arrive plus à redresser et à restituer la Mutuelle  à ses propriétaires. La MECRECO, a renchéri Mme Djokaba,  n’est pas une entreprise de l’État, encore moins de la Banque Centrale du Congo, elle est par contre une mutuelle qui appartient à des personnes à faibles revenus.

« Nous avons besoin de récupérer notre mutuelle et nous allons procéder à l’autogestion », a-t-elle explique, en indiquant que le collectif pour la sauvegarde de MECRECO  a bel et bien son plan de redressement. En organisant cette manifestation jusqu’au Palais de la Nation, le collectif pour la sauvegarde de la mutuelle d’épargne et de crédit du Congo voulait  que le Président de la République ou ses services soient saisis de la situation, pour que la solution soit trouvée dans l’immédiat.

Trop de démarches entreprises  

Avec des larmes aux yeux, les manifestants confirment avoir entrepris beaucoup de démarches auprès des différentes autorités  du pays. Depuis le mois de mars 2018, les membres du collectif ont écrit à la BCC, à la Primature, au Sénat, à l’Assemblée nationale, au Ministère de l’Économie, au Ministère des Finances et autres, mais aucune suite favorable n’a été réservée. Il convient de rappeler que la MECRECO  existe depuis près de 15 ans. C’est seulement dans la ville province de Kinshasa que ses activités ont été stoppées.

Par Thony Kambila

*

*

Monter

Login

Lost your password?