..."/>

Accusant certains députés nationaux d’avoir outragé le Chef de l’État : Des militants du CACH en colère hier au Palais du Peuple

palais du peuple rdc

Ils promettent de revenir à la charge ce mardi pour maintenir la pression jusqu’à la levée de l’immunité du député Nawej

Les députés nationaux ont été empêchés, hier lundi 10 juin, de participer à la séance plénière de l’Assemblée Nationale par des manifestants se réclamant de la coalition politique « Cap pour le Changement » (CACH) qui regroupe le parti « Union pour la Démocratie et le Progrès Social », d’une part, et le parti « Union pour la Nation Congolaise » (UNC), d’autre part.

Malgré l’appel lancé par le bureau de la chambre basse, les élus du peuple n’ont pas voulu braver ces manifestants qui avaient barricadé toutes les voies d’accès au Palais du Peuple, siège du Parlement de la République. Très peu de députés qui ont osé s’approcher de ce site ont failli être molestés et leurs véhicules ont essuyé des jets de projectiles, avant de prendre la poudre d’escampette.

Certains manifestants réclament la levée de l’immunité  parlementaire du député auteur de la motion incidentielle qualifiant d’anticonstitutionnelles les ordonnances du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, portant nomination des membres des conseils d’administration de la Société Nationale des Chemins de Fer du Congo (SNCC) et de la GECAMINES. Les manifestants veulent que l’auteur de cette motion soit déféré devant les instances judiciaires compétentes pour outrage au Chef de l’État, affirmant que les propos tenus à cette occasion frisent des injures à l’endroit du Président de la République.

Comme réaction, des éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC) ont été déployés en grand nombre, non seulement aux alentours du Palais du Peuple, mais aussi à l’intérieur, si bien que même le personnel administratif et des visiteurs ont perdu leur quiétude et que certains étaient obligés de quitter le site. Aux jets de projectiles et aux cris de mécontentement nourris des manifestants, les agents de la PNC ont réagi par des gaz lacrymogènes.

Toutefois, les manifestants ont promis de retourner, aujourd’hui mardi 11 juin, au Palais du Peuple, pour poursuivre leur mouvement jusqu’à ce que leur voix soit entendue. Ils ont visiblement refusé d’obtempérer à l’appel au calme lancé à leur intention par le président intérimaire de l’UDPS, Jean-Marc Kabund, qui est en même temps premier vice-président de l’Assemblée Nationale. Selon cette autorité, la réaction des manifestants était prévisible, d’autant que le Président de la République est issu d’un parti de masse, en l’occurrence l’UDPS.

Dans le même ordre d’idées, les analystes estiment que la réaction de la base du parti cher au regretté Étienne Tshisekedi wa Mulumba prouve à suffisance que les citoyens congolais ont acquis la maturité politique, au point de comprendre et de réagir spontanément aux grands enjeux de la politique nationale.

Par Asiyeshindwa

*

*

Monter

Login

Lost your password?