..."/>

De passage à l’hôpital de Panzi à Bukavu : Mme Denise Nyakeru Tshisekedi au chevet des victimes de violences sexuelles

Mme Denise Nyakeru Tshisekedi

La première dame priée de mener un plaidoyer afin que cesse l’insécurité au Kivu

« Je viens de comprendre et suis très affectée ». C’est par  ces mots que la première dame de la RDC, Mme Denise Nyakeru  Tshisekedi, a introduit son adresse devant les survivantes des violences sexuelles présentes dans la salle de réunion de la Fondation Panzi.

C’était à l’occasion de la visite que la première dame a effectuée à l’hôpital de Panzi à Bukavu et à la Fondation Panzi le vendredi 7 juin 2019 aux heures matinales. Accompagnée du gouverneur Théo Ngwabidje Kasi, pendant près de trois heures, la délégation de l’épouse du Chef de l’État a visité tour à tour l’hôpital général de Panzi, où elle a palpé du doigt la situation des survivantes des violences sexuelles et des femmes atteintes de fistules et de prolapsus. Elle a aussi visité le centre de jeux des enfants de Panzi.

Ensuite, elle s’est rendue à la Fondation Panzi où sont mis en œuvre  les projets « Dorcas rurale » et l’unité de production du jus, structures montées dans le cadre de la réinsertion socio-économique des femmes et de leur autonomisation pour la lutte contre la pauvreté.

A l’hôpital, elle a eu des explications sur la prise en charge holistique des survivantes des violences sexuelles, le « One Stop Center ». Elle a remis un kit de réinsertion aux malades des fistules. La Fondation Panzi est accompagnée dans son initiative par l’UNFPA (Fonds des Nations Unies pour la Population).

L’ambiance était à la fête

Les survivantes des violences sexuelles étaient toutes mobilisées pour l’accueil de l’hôtesse de marque. A l’entrée du bâtiment, des femmes chantaient et dansaient en l’honneur de cette visite inédite. Un groupe de femmes  scandaient le refrain en Swahili, « tunakataa ujeuri, tunakataa ubakaji.. », à traduire par « nous refusons les violences, nous refusons le viol.. ».

Emballée par cette ambiance bon enfant, Madame Denise Nyakeru Tshisekedi n’a pas voulu rater un seul épisode pour s’imprégner des réalités quotidiennes des bénéficiaires de la Fondation Panzi. Elle s’est ainsi arrêtée dans différents locaux servant de cadre de formation en informatique et en alphabétisation pour les femmes de différentes catégories qui fréquentent la Maison Dorcas. Une occasion a été aussi accordée au comité directeur de la Fondation Panzi pour présenter l’état des lieux de cette œuvre qui offre des services énormes à la communauté de Bukavu en particulier et de la province du Sud-Kivu en général.

Visite de réconfort !

La visite de Maman Denise  Nyakeru a eu comme point de chute  l’entretien qu’elle a accordé à tout le personnel œuvrant au sein de La Fondation Panzi. Prenant la parole pour la circonstance, Madame Christine Schuller, représentante du personnel de la Fondation  Panzi et de l’hôpital de Panzi a souhaité la bienvenue à la première dame avant de lui exprimer sa gratitude pour cette visite. Pour Madame Schuller, cette visite de la première Dame intervient après toute une décennie d’abandon par le pouvoir sortant.

Abandonnée et parfois combattue, La Fondation Panzi se sent aujourd’hui réconfortée par cette visite de Mme Denise Nyakeru, visite qui intervient 5 mois après l’investiture du Président Félix Tshisekedi Tshilombo. Poursuivant son speech, Christine Schuller a demandé à la première Dame de plaider auprès du Chef de l’Etat afin que l’insécurité cesse et qu’ainsi en lieu et place des centres des femmes violées soient créés des centres de formation et d’apprentissages de métiers pour mamans et jeunes filles.

L’autre moment fort de cette communion entre Maman Denise Nyakeru et le staff de la Fondation Panzi, aura été ce témoignage vivant de maman Jeanne Mukuninwa : « Je me tiens debout au nom de la femme congolaise, victime de violences sexuelles. Nous femmes, sommes reconnaissantes pour votre compassion en ce jour. Votre visite à la Maison Dorcas  transforme notre douleur en espérance. Nous disons non à ces guerres à répétition?…plus jamais ça….Merci maman Denise car tu acceptes de porter notre fardeau…nous demandons la paix ».

En réaction à ce témoignage, la première Dame promet qu’elle va continuer à accompagner les femmes vulnérables, sans distinction. Elle a pris l’engagement de transmettre fidèlement les doléances de  toutes ces femmes blessées au Chef de l’État. Elle n’a pas manqué d’annoncer le lancement prochain d’une Fondation qui porte son nom et la collaboration qu’elle entend commencer avec le Dr Denis Mukwege à travers la Fondation Panzi.

Mukwege fait encore Docteur  Honoris Causa de l’université de Montréal au Canada

La moisson est abondante pour le prix Nobel de la Paix 2018 qui vient d’être fait Docteur Honoris Causa, cette fois-ci par  l’université de Montréal au Canada. Ce prestigieux prix de reconnaissance fait de Mukwege le Congolais le plus récompensé du monde.

Dans une salle pleine à craquer, le Dr Mukwege est honoré de son quatrième prix Honoris Causa pour cette année 2019 après ceux de l’Université de Nova, au Portugal, de l’Université de Pennsylvanie, aux USA et de l’Université d’Antwerp, en Belgique.  L’Université de Montréal veut s’engager dans la promotion de la recherche dans le cadre de la chaire Mukwege.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?