..."/>

En réunion urgente à Kinshasa : L’AJPRO/UDPS invite Félix Tshisekedi à reporter la nomination des membres du gouvernement

L’Association des jeunes professionnels de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (AJPRO/UDPS) recommande au Président de la République, Félix antoine Tshisekedi Tshilombo, de renvoyer la nomination des membres du gouvernement à la session parlementaire ordinaire du 15 Septembre 2019.

C’est ce qu’a déclaré le Président du comité exécutif de ladite organisation affiliée à l’Udps, M. Ntini Bafikuele Hervé, au cours d’une réunion urgente qu’il a tenue à Kinshasa à la suite des événements qui ont marqué la journée du Lundi 10 juin 2019.
En effet, des centaines des militants et sympathisants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) de Félix Tshisekedi ont envahi le lundi 10 juin avant-midi le Palais du peuple, siège du Parlement congolais.

Très en colère, ils ont dénoncé le débat organisé à l’Assemblée nationale au cours de la plénière de vendredi dernier sur les récentes ordonnances du président de la République nommant les mandataires de la Gécamines et de la Sncc.  Ils ont également exigé des excuses publiques de la Chambre basse du Parlement et des sanctions exemplaires à l’encontre du député Charles Nawej Mundele pour outrage au chef de L’État.

« Considérant la forte colère qu’a exprimée en ce jour la population congolaise suite à la grave violation des textes légaux dont a été auteur la plénière de l’Assemblée Nationale, nous réitérons notre exigence de mea culpa publics de l’honorable Président de l’Assemblée Nationale Madame Jeanine Mabunda qui a fait preuve de négligence, afin de sauvegarder le bon climat de paix institutionnel », a déclaré M. Ntini Bafikuele Hervé au nom de l’Ajpro/Udps.

Vu la tension qui existe entre les deux institutions, la Présidence de la République et l’Assemblée Nationale, l’Ajpro/Udps estime qu’il serait moins sage, après ce clash, de risquer d’opposer en cette semaine une ordonnance du Président de la République portant nomination des membres du gouvernement qui porteront à l’appréciation de la chambre basse la politique nationale future pendant que cette dernière est en porte à faux avec le peuple congolais.  Ainsi, ladite organisation pense que la chambre basse a besoin d’un peu de temps pour se remettre en question avant de se donner le luxe d’apprécier cette fois- ci avec compétence la politique nationale que portera devant elle le nouveau gouvernement.

C’est dans ce contexte que l’AJPRO/UDPS recommande au Président de la République d’user de patience en ne nommant pas les membres du gouvernement au cours de cette session parlementaire ordinaire qui s’achève ce 15 Juin 2019. Pour cette organisation cette décision doit être reportée à la session parlementaire ordinaire du 15 Septembre 2019.

L’UDPS tape du poing sur la table

Il sied également de signaler qu’au terme d’une réunion politique de l’exécutif du parti élargie aux présidents fédéraux de la ville de Kinshasa ainsi qu’au président de la ligue des jeunes et à la présidente de la ligue des femmes, l’Udps était au créneau dimanche dernier pour fustiger la politique de la terre brûlée entreprise par le FCC contre le président de la République, Félix Tshisekedi.

À travers une déclaration lue par Simon Kalenga,  Chef du Département de la Communication de l’Udps, le parti présidentiel qualifie de  «  diabolique » la motion incidentielle du Député national Léon Mondole relative aux ordonnances du Chef de l’État, Félix Tshisekedi. L’Udps  accuse le Front Commun pour le Congo (FCC) d’être le commanditaire de cette motion fabriquée de toutes pièces depuis jeudi 06 juin avant d’être mise en exécution lors de la plénière de vendredi 07 juin.

Pour l’Udps, une telle initiative viole la Constitution car, seul le gouvernement est redevable à l’Assemblée nationale et non le président de la République. Elle viole aussi le règlement d’ordre intérieur de l’Assemblée et en même temps, elle n’est pas de nature à maintenir la convivialité au sein de la coalition. Il a également condamné les propos désobligeants du député national Charles Nawej contre le Chef de l’État Félix Tshisekedi au cours du débat ouvert à l’occasion du traitement de cette fameuse motion à l’Assemblée nationale.

Cependant, l’Udps identifie Jeanine Mabunda, juriste de formation, comme complice de cette cacophonie car, elle a laissé délibérément les députés nationaux tenir les propos diffamatoires contre le Chef de l’État. Il accuse Jeannine Mabunda de vouloir accomplir le vœu qu’elle a exprimé au cours d’une sortie médiatique dans un média étranger celle d’engager un bras de fer qui découlera à la mise à l’écart du Chef de l’État.

Par conséquent, l’UDPS demande à ses combattants et au peuple congolais dans son ensemble d’accompagner et de soutenir le président congolais dans sa vision d’instaurer un Etat de droit en RDC.

Par Carroll Madiya

*

*

Monter

Login

Lost your password?