..."/>

Avec la tension à l’Assemblée Nationale : La clôture de la session parlementaire de mars 2019 hypothétique ce samedi

Kabund et Mabunda

La date légale de la clôture officielle des travaux de la session parlementaire ordinaire de mars 2019 tombe demain samedi 15 juin. Habituellement, cette date est marquée par l’organisation, par le bureau de l’Assemblée Nationale, d’une cérémonie essentiellement ponctuée par un discours dans lequel le président de cette chambre législative présente le bilan des travaux de la session et encourage ses collègues députés nationaux à passer d’heureuses vacances parlementaires, en étant à l’écoute de leurs électeurs en vue d’établir les rapports de vacances à déposer aux services de la représentation nationale.

Ces vacances sont indispensables, dès lors qu’elles permettent  aux élus nationaux de récupérer les énergies perdues suite au dur labeur, après une session parlementaire qui aura été l’une des plus longues de l’histoire de l’Assemblée Nationale. En janvier dernier, le secrétaire général de cette chambre législative a convoqué les travaux de la session extraordinaire dite « inaugurale », parce qu’elle avait pour finalité de jeter les bases de la 3ème Législature de la 3ème République au Congo Démocratique.

Mission accomplie

Dirigée par un bureau provisoire de l’Assemblée Nationale, la session inaugurale avait pour mission la validation des mandats des députés nationaux vainqueurs des élections législatives de décembre 2018, l’élaboration et l’adoption du Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale, ainsi que l’élection et l’installation des membres du bureau définitif.

Le succès de cette triple mission accomplie a été couronné par l’élection de la députée nationale Jeanine Mabunda Lioko Mudiay au poste de président du bureau définitif, même si la session inaugurale s’est avérée élastique, au point de se poursuivre au-delà de la date du 15 mars, légalement consacrée à l’ouverture de la présente session ordinaire.
La mise en place des groupes parlementaires et des commissions permanentes, dont les deux dernières devaient être parachevées lors de la séance plénière ratée du lundi 10 juin, en vue de passer à la mise sur pied du comité des sages, permettrait aux élus du peuple d’aller en vacances parlementaires, avec un rapport complet à faire à leurs électeurs respectifs.

Climat de tension au Palais du Peuple

Hélas ! La séance plénière du lundi 10 juin n’a pas eu lieu, les députés nationaux ayant été empêchés d’accéder au Palais du Peuple, siège du Parlement de la République, par des manifestants se réclamant de la coalition politique « Cap pour le Changement » (CACH). Cette manifestation s’est poursuivie mardi. Mercredi, c’était le tour des militants du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) de se présenter au siège du Parlement, où ils ont remis un mémorandum afin de protester contre la descente des militants non armés du CACH dans le même site.

Munis de machettes, les militants du PPRD se sont ensuite  rendus au siège de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), parti cher au Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui compose la coalition CACH avec l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, directeur de cabinet du Chef de l’État.

L’affrontement enregistré en ce lieu a causé plusieurs blessés graves et des dégâts matériels importants, car la riposte musclée des militants de l’UDPS s’est terminée au siège fédéral du PPRD sur le boulevard Sendwe, dans la commune de Kasa-Vubu, dont les installations ont été brûlées. Selon des sources dignes de foi, ces actes de violence se sont répercutés dans d’autres provinces.

Au Palais du Peuple, aucune autre séance plénière n’a été convoquée depuis les événements du lundi. Plusieurs dizaines d’éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC) déployés continuent d’occuper le siège du Parlement. Ce climat de tension amène les observateurs à se demander si la séance plénière consacrée à la traditionnelle cérémonie de clôture de la session aura lieu demain samedi 15 juin, conformément aux textes légaux.

Les militants de l’UDPS digèrent mal les propos « outrageants » tenus par des députés PPRD et ceux de la coalition « LAMUKA » à l’endroit du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, alors que ce dernier est légalement irresponsable devant le Parlement.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?