..."/>

Sous sanctions américaines : Que cache la démission de Norbert Basengezi Katintima de la CENI ?

Norbert basengezi

Les observateurs avertis parlent d’une fuite en avant étant donné que l’équipe actuelle de la centrale électorale devrait d’abord  présenter son rapport d’activités à l’Assemblée Nationale

Dans une lettre adressée au Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le vice président de la Commission Électorale Nationale Indépendante(CENI), Norbert Basengezi Katintima a annoncé sa démission de la centrale électorale.

Sous sanctions américaines, Norbert Basengezi Katintima s’en va à 13 jours seulement de la fin du mandat des animateurs actuels de la CENI. Ce qui pousse certains observateurs avertis à croire que le départ de cet homme est une fuite en avant étant donné que la Commission Electorale Nationale Indépendante devrait d’abord présenter son rapport d’activités à l’Assemblée Nationale.

Normalement, le mandat du bureau de la CENI qui a organisé les élections de décembre 2018, arrive à son terme le 29 juin 2019 après examen par le Parlement de son rapport d’activités. Mais depuis samedi, le Parlement a clôturé ses travaux et se trouvent en vacances parlementaires.
Les dirigeants actuels de la CENI doivent donc rester en place jusqu’à la désignation de leurs successeurs par les forces politiques représentées à l’Assemblée Nationale conformément à la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI.

« J’ai terminé avec mon chef du parti, Joseph Kabila, j’ai terminé avec la présidente de l’Assemblée nationale, j’ai terminé avec le président Félix Antoine Tshisekedi et, hier, j’ai terminé avec les membres de la plénière de la CENI. Ce n’est pas que j’ai déposé mon document de démission à la plénière, non. Ce sont mes collègues, chacun est venu selon sa composante. Je les ai informés de ma démission qui a été autorisée par le chef de mon parti », a dit Norbert Basengezi au cours d’une conférence de presse.

Proche de l’ex-président Joseph Kabila, Norbert Basengezi était considéré comme le vrai patron de la CENI qui tirait les ficelles derrière le président de la Commission, Corneille Nangaa. L’agence Belga signale qu’en mars dernier, le Département du Trésor américain avait gelé les avoirs de trois responsables de la CENI, à savoir Corneille Nangaa, numéro 1 de la CENI, son vice-président, Norbert Basengezi, et son fils, Marcellin Basengezi, pour avoir détourné des fonds « à des fins d’enrichissement personnel ». Mais ils ont toujours nié ces accusations.

Un pilier de l’ex-régime

Désigné gouverneur du Sud-Kivu sous Laurent-Désiré Kabila en 1998, Norbert Basengezi  fut nommé deuxième vice-président de l’ex-Commission électorale indépendante (CEI) en 2005, puis ministre de l’Agriculture de 2008 à 2011. Réélu député lors des élections de 2011, il a quitté l’Assemblée nationale pour retourner à la centrale électorale en 2015.

Originaire de Kaziba en territoire de Walungu, Norbert Basengezi est membre du Comité Exécutif National, du Conseil National et du Bureau Politique du parti cher à Joseph Kabila, le PPRD. Les résultats des élections générales du 30 décembre 2018 qui avaient donné l’opposant Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo vainqueur de la présidentielle et les partisans de l’ancien président Joseph Kabila Kabange majoritaires à l’Assemblée nationale, au Sénat et dans les assemblées provinciales sont dans l’actif de l’équipe sortante de la CENI bien que Nangaa et Basengezi n’ont pas tenu promesse pour organiser les élections locales conformément au calendrier de la centrale électorale.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?