..."/>

Lutte contre Ebola : L’OIM s’implique dans la riposte au niveau des frontières

Ebola Un centre de traitement à Butembo

L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) en République Démocratique du Congo est également impliquée dans la riposte contre la maladie à virus Ebola. L’OIM qui travaille conjointement avec le ministère congolais  de la Santé et s’adonne à renforcer la surveillance aux frontières pour mieux préparer ces zones. Un travail qui se fait en coopération avec les pays voisins, à savoir le Soudan du Sud, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie.

L’objectif est de lutter contre la propagation du virus en vue d’empêcher les personnes suspectes ou malades de pouvoir se déplacer d’une zone à une autre. Ainsi, grâce à cette vigilance, l’OIM et le Programme National d’Hygiène aux Frontières (PNHF) ont détecté deux nouveaux cas d’Ebola, à la date des 28 et 29 mai 2019. Une jeune fille de 12 ans a été testée positive à Ebola au point de contrôle de Makeke, en Ituri, alors qu’elle venait du Nord-Kivu, précisément de Béni.

Tandis qu’à la date du 29 mai 2019, le cadavre d’un homme intercepté au point d’entrée de Cugeki a également été testé positif. Les quatre personnes qui accompagnaient le corps de Butembo à Kyondo (Nord-Kivu) sont depuis suivies en tant que contacts. C’est ce qui ressort de la note d’information de l’OIM faisant le point de la situation d’Ebola, du 27 mai au 9 juin 2019.

Selon la même source, l’OIM continue d’équiper les points de contrôle et points d’entrée en matériel et d’assurer un soutien logistique pour renforcer les capacités de surveillance des équipes sur le terrain. Il s’agit des thermoflashs pour le contrôle de température, des kits d’isolement des cas suspects, des stations de lavage des mains, et de matériel de communication. A cela s’ajoute la sensibilisation faite par l’OIM, à travers des rencontres régulières, auprès des autorités sanitaires des pays voisins de la RDC pour mieux les préparer en cas d’épidémie.

Depuis le début de la dixième épidémie d’Ebola en RDC, le pays a déjà comptabilisé 2.056 cas probables et confirmés, 1.384 décès et 564 guérisons. Des chiffres donnés par le ministère de la Santé au 9 juin 2019.
La source a aussi indiqué que plus de 61 millions de voyageurs ont été dépistés depuis le début de l’épidémie. En plus, 24 zones de santé sont affectées par l’épidémie et le risque de transmission du virus à d’autres provinces ou d’autres pays reste très élevé.

Malgré les efforts, les défis restent importants. Les points de contrôle sont situés dans des zones où la sécurité reste précaire et où les mouvements de population sont considérables. L’OIM travaille donc à leur renforcement dans les zones les plus affectées.

Par Tantia Sakata

*

*

Monter

Login

Lost your password?