..."/>

Avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) : Educon a fait le suivi de la fréquentation scolaire de plus 5.000 enfants déplacés du Kasaï à Kikwit

Unicef Distribution des kits scolaires

Educon, sigle des Educateurs Consultants, est une Organisation Non Gouvernementale qui œuvre en matière de promotion et de protection des droits des enfants à l’Education en RDC. Les projets d’Educon en RDC sont mis en œuvre plus particulièrement dans l’ex-province du Bandundu (Kwango, Kwilu et Mai-Ndombe) et tendent à se déployer dans d’autres provinces à l’avenir.

Selon son coordonnateur national, Serge Kaumbo Moma abordé par « La Tempête des Tropiques », Educon a bénéficié d’un appui de l’UNICEF pour mettre en œuvre dans la province du Kwilu, plus particulièrement dans la ville Kikwit, le projet ECW (Education Can not Wait ou l’éducation ne peut pas attendre)  sur une durée de 10 mois. C’est ainsi qu’Educon a mené au cours de l’année scolaire 2018-2019 à Kikwit plusieurs activités parmi lesquelles le suivi de la fréquentation scolaire de 13.741 enfants de 131 écoles ciblées de cette ville dont 5.314 élèves déplacés du Kasaï. Ces enfants avaient quitté le Kasaï avec leurs parents pour fuir les exactions lors des affrontements sanglants de 2016-2017 entre les miliciens Kamwina Nsapu et les forces régulières.

Dans le cadre de ce projet, les acteurs de terrain d’Educon sont entrés en contact avec les responsables de 131 écoles ciblées de Kikwit (8 écoles maternelles, 72 écoles primaires et 51 écoles secondaires) afin de déterminer le taux de fréquentation scolaire et de détecter les causes de l’absentéisme des élèves.

Mme Christelle Mafinga, responsable du projet ECW à Educon, a fourni des explications en ces termes : « les acteurs de terrain qui effectuaient trois descentes par semaines dans les écoles se sont rendu compte qu’il y avait plus d’absences que de présences dans les classes à cause de l’incapacité de paiement des frais scolaires par les parents des enfants déplacés du Kasaï. C’est ainsi que le projet ECW d’Educon a organisé à Kikwit des séances de récupération ou d’encadrement des enfants n’ayant pas obtenu des résultats scolaires satisfaisants suite aux difficultés rencontrées en famille, notamment des cas de maladies et  de non paiement des frais scolaires ».

Les cours de récupération ont été dispensés par des enseignants sélectionnés par les chefs d’établissements
les chefs d’établissements scolaires et les acteurs de terrain d’Educon, a-t-elle précisé. La motivation financière de ces enseignants a été prise en charge par le projet ECW. La récupération a été structurée en branches ci-après : Français (orthographe, analyse, grammaire, conjugaison, lecture et vocabulaire) ;  Mathématiques (numération, opération, mesures de grandeur, problèmes et formes géométriques) ; Culture générale (géographie, histoire, civisme, sciences naturelles, études du milieu et éducation à la vie).

Promouvoir la culture de la paix à traves les clubs scolaires

Mme Mafinga a fait savoir que dans le cadre du projet ECW , Educon a aussi appuyé à Kikwit l’apprentissage des enfants autochtones et déplacés du Kasaï à travers les activités parascolaires et extracurriculaires en organisant des clubs scolaires en dehors des heures de cours. Il s’agit en fait des espaces récréatifs organisés trois fois par semaine pour la gestion et la prévention des conflits ainsi que la promotion de la culture de la paix en faisant ressortir les causes de l’inimitié.

Ces clubs scolaires visent aussi à faire ressortir les compétences de vie courantes chez les enfants bénéficiaires selon l’adage « J’apprends en m’amusant ». A travers les jeux, les enfants apprennent à lire, à écrire, à calculer, à compter et à bien réfléchir.  Educon dispose dans la ville de Kikwit de 15 sites d’activités et de 15 acteurs de terrain qui s’occupent chacun d’un site. Toutes les activités de cette organisation dans cette ville sont coordonnées par le superviseur technique Timothée Mandaka.

Les autres activités menées par Educon dans le cadre du projet ECW sont les suivantes : suivi et encadrement des enfants ; formation des enseignants superviseurs sur la prise en charge psychosociale des enfants ; doter les enfants en kits scolaires ; apporter un support psychosocial aux enfants sortis de la milice ; formation de parents en éducation parentale.

Par Norbert TAMBWE

*

*

Monter

Login

Lost your password?