..."/>

N’Sele : Plus de 500 familles déguerpies à Mpasa

commune de nsele

Déguerpies de leurs résidences, plus de 500 familles sont, depuis la semaine dernière, privées de leurs parcelles. Le fait s’est déroulé dans la partie dénommée  » Trois paillottes  » située au quartier Mpasa dans la commune de la N’Sele à Kinshasa. L’opération de ce déguerpissement illégal et démolition anarchique a été exécutée brutalement  par 50 éléments de la Police nationale congolaise déployés sur le site le mercredi 3 juillet dernier très tôt matin. Ces victimes pointent du doigt l’épouse du feu général d’armée  Bahoko et son avocat du nom de Koffi qui réclament plus de 4000 hectares déjà occupés par la population.

Cri de détresse d’une victime

Qualifiant l’acte posé d’arbitraire et illégal, M. Raymond Kinzofi l’une des victimes n’a pas gardé sa langue dans la poche.  » Nous étions surpris de voir un tracteur commencer à démolir les maisons de certaines parcelles dans ce quartier. Un conseil du feu général Bahoko est venu avec un faux certificat d’enregistrement dont à l’entête c’est écrit République du Zaïre avec le cachet de la République Démocratique du Congo « .

Pour lui, même si il était question des constructions anarchiques, la moindre de chose était de suivre la procédure normale en lieu et place de déguerpir ou de démolir. Sans aucune notification, la population de ce coin de la capitale a été surprise de voir que  les tracteurs utilisés pour la démolition  ne sont pas venus de l’Hôtel de ville de Kinshasa mais tout s’est fait avec l’autorisation du tribunal de grande instance de Kinkole.

La même source affirme que les victimes ont les documents qui datent d’avant 1990 alors que les fameux documents présentés par cet avocat et ayant donné lieu à ces démolitions datent de 1998. L’implication personnelle du Chef de l’État est donc vivement souhaitée pour remettre les victimes dans leurs droits légitimes. A en croire M. Raymond Kinzofi l’acte posé est sans aucun doute un complot qui vise à dépouiller ces familles de leurs parcelles pour les revendre aux sujets libanais qui défilent dans ledit quartier à la recherche des terrains pour acheter.

Par Thony Kambila

*

*

Monter

Login

Lost your password?