..."/>

Développement de l’économie numérique en Afrique : La RDC parmi les pays bénéficiaires de 25 milliards Usd de la Banque mondiale

rdc drapeau

L’annonce a été faite le 14 mai dernier lors de l’ouverture de la cinquième édition du  (Transform Africa Summit 2019  tenue à Kigali au Rwanda!
Par Lucien Kazadi T.

Pour les dix prochaines années, la Banque mondiale va consacrer 25 milliards de dollars US (soit près de 14.607 milliards de F.Cfa) à l’Afrique pour le développement de l’économie numérique. L’annonce a été faite le 14 mai 2019, au cours de la cérémonie d’ouverture de la cinquième édition du Transform Africa Summit 2019 (TAS 2019), tenue au Centre de convention de Kigali, au Rwanda. Les travaux qui ont duré trois jours sous le thème : « Accélérer la numérisation de l’Afrique ». C’est le vice-président de la Banque mondiale, en charge de l’Afrique, Hafez Ghanem, qui a fait cette annonce lors de son intervention à la cérémonie d’ouverture.

Des sources indiquent que la RD Congo fait partie des pays bénéficiaires de cette colossale enveloppe pour permettre le développement du régime actuel de Kinshasa, qui mise aussi sur le numérique pour booster l’économie congolaise. Le chiffre de plus de 4 milliards est même annoncé pour la seule République Démocratique du Congo. De quoi propulser ce secteur, qui a fait de l’économie rwandaise une des  plus florissantes de l’Afrique subsaharienne.

D’après Hafez Ghanem, la Banque mondiale va aider le continent africain à mettre en place les fondations de l’économie numérique. « Cela va concerner le soutien au développement des infrastructures numériques, des compétences digitales, des plateformes digitales, des services financiers digitaux et de entrepreneuriat numérique ».
Et d’ajouter,  « la Banque mondiale va, à cet effet, consacrer 25 milliards de dollars US de nos fonds propres pour le développement de l’économie numérique au cours des dix prochaines années. Et en plus de ces 25 milliards de dollars US, nous comptons également encourager le secteur privé à plus d’investissements dans ce secteur ».

Le vice-président de la Banque mondiale en charge de l’Afrique a encore précisé, « je voudrais indiquer que nous jouerons à la Banque mondiale notre rôle dans la coalition public-privé que la Smart Africa Alliance est en train de construire. Nous sommes engagés à travailler avec la Commission de l’Union africaine, avec les pays africains, avec le secteur privé et les partenaires au développement pour s’assurer que chaque africain, que chaque entreprise et chaque gouvernement soit au fait de la digitalisation en 2030 ».

Il s’est, en outre, posé la question de savoir si  l’Afrique est  prête à discuter avec la Smart Africa Alliance et avec les pays africains des priorités pour faire de la transformation numérique de l’Afrique une réalité.  Tout comme il encourage le secteur privé à plus d’engagement, il appelle  les gouvernements africains à accorder une attention particulière aux besoins de ce secteur privé, parce que c’est lui qui impulse l’innovation et crée des emplois et des opportunités.

D’après lui, la Banque mondiale est plus que jamais engagée à soutenir le secteur du numérique. Car, dit-il, à travers le monde, la révolution numérique conduit le développement et transforme les économies avec une vitesse sans précédent.

« Nos recherches à la Banque mondiale concluent que la croissance dans les industries et la croissance des services sont aujourd’hui très liés à la croissance dans la digitalisation des pays. Spécifiquement, nos recherches en Afrique, montrent les pays qui observent une rapide croissance de leurs industries sont les pays qui se sont digitalisés plus rapidement que les autres.

Nos recherches montrent également qu’une croissance de 10% de la pénétration de l’Internet conduit à 1,2% de croissance du PIB », a enfin soutenu le vice-président de la Banque mondiale en charge de l’Afrique.

*

*

Monter

Login

Lost your password?