..."/>

Face au changement climatique : La RDC intéressée au renforcement de la résilience en Afrique

Changement climatique

Face au changement climatique, les participants au « dialogue de leadership de haut-niveau sur la sécurité alimentaire en Afrique », qui s’est déroulé du 5 au 6 août 2019 à Kigali, au Rwanda, ont fait savoir qu’il est nécessaire de renforcer la résilience en Afrique. La RD Congo, qui dispose d’une réserve importante pour lutter contre le changement climatique, est donc intéressée au renforcement de la résilience en Afrique

Surtout que l’objectif de ce dialogue était de faciliter les échanges entre les gouvernements et les principaux partenaires au développement pour mettre en œuvre des actions conjuguées en faveur de l’agriculture et des systèmes alimentaires africains face au changement climatique.
La directrice générale adjointe de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), Mme Maria Helena Semedo, a précisé que les agriculteurs ont besoin des politiques pouvant protéger et renforcer leur résilience face au changement climatique. « Ils ont besoin d’accéder à l’information, aux technologies et à l’investissement, et ils doivent participer aux discussions portant sur l’innovation », a-t-elle ajouté.

Selon la FAO qui livre l’information, les répercussions négatives du changement climatique rendent les secteurs de l’alimentation et de l’agriculture plus vulnérables parmi tant d’autres. Ainsi, ce changement climatique menace ceux dont les moyens d’existence dépendent de l’agriculture pluviale, à savoir les petits agriculteurs, entrepreneurs et leurs familles.

La FAO a aussi comme priorité de renforcer la résilience en vue de favoriser le développement en Afrique. Le fait de rendre les populations résilientes face à de nombreuses menaces notamment du changement climatique reste une condition sine qua non pour promouvoir le développement durable. Il est à noter que d’ici 2050, la population africaine dépasserait deux milliards de personnes.

Se référant aux dernières données de la FAO, il a été constaté que la faim est en hausse dans presque tous les pays d’Afrique subsaharienne faisant de l’Afrique la région avec la prévalence la plus élevée de sous-alimentation. Cette situation est causée principalement par les conflits et le changement climatique. C’est en Afrique de l’Est où 38% de la population peine à se nourrir.  Face à cette réalité, les participants à ces assises se sont engagés à mieux soutenir les pays africains en vue d’accélérer les progrès visant à améliorer la sécurité alimentaire.

Notons que cette rencontre a été parrainée par le gouvernement rwandais en partenariat avec la FAO, la Commission de l’Union africaine, la Banque africaine de développement, le Fonds international de développement agricole et la Banque mondiale.

Par Tantia Sakata

*

*

Monter

Login

Lost your password?