..."/>

Les journalistes s’investissent dans la prévention et la sécurité routière en RDC

L’éducation ou l’information à la sécurité routière est essentielle pour tous les citoyens qui sont autant d’usagers de la route.
Adultes ou enfants partagent le même espace de circulation et fait face à des situations à risque entant que piétons, usagers de deux roues ou conducteurs. Pour faire face à cette situation, les journalistes ont promis de s’investir  et la République Démocratique du Congo peut désormais  compter  sur la structure dénommée :

 » l’Union des Journalistes et Communicateurs de sécurité routière  » (UJCSR-RDC) dont la cérémonie de sa sortie officielle est intervenue le samedi 10 août dernier dans la salle des réunions du Ministère de la communication et médias située dans la commune de la Gombe à Kinshasa.

Cette structure composée des hommes et des femmes de médias se donne le devoir   de sensibiliser la population sur les questions liées à la prévention et à la sécurité routière en République Démocratique du Congo. L’UJCSR-RDC est donc une association des journalistes créée pour accompagner la commission nationale de prévention routière(CNPR) et d’autres partenaires de la sécurité routière. Elle est composée des membres fondateurs et des membres actifs, des bienfaiteurs et des sympathisants.

Susciter l’attention de la population sur la question.

Dans son mot de circonstance, la journaliste Bienvenue Kayiba, présidente de ladite structure a indiqué que l’UJCSR -RDC aura comme cahier de charge et objectif de collecter, traiter et diffuser les informations liées à la prévention d’accidents de circulation routière et c’est dans le but de susciter l’attention de la population sur la question. Ceci figure parmi les recommandations des closes africaines et mondiales pour la décennie 2011-2020 d’actions de sécurité routière.

Elle aura également la  tâche de faire la promotion de transport multimodal.   A la question de savoir pourquoi l’initiative de mettre sur la place publique cette nouvelle corporation des journalistes et communicateurs  de sécurité routière, elle a fait savoir que l’UJCSR-RDC veut aider entant que médias les services attitrés comme la commission nationale de prévention routière et autres à mieux réaliser  cette tâche  afin d’atténuer la mortalité criante sur nos routes occasionnée par les conducteurs des véhicules à moitié désinformés.  La sécurité routière est donc une responsabilité partagée.

S’informer et informer

Avant d’inviter un grand nombre de journalistes à rejoindre le groupe, Bienvenue Kayiba a préciser  que les journalistes de l’ UJCSR-RDC se mettront donc à la disposition de la CNPR en tant que chef de file de la sécurité  routière comme c’est le cas au Bénin, en Côte d’Ivoire, en France, en Belgique et partout ailleurs, pour s’informer et informer en vue d’apporter la vraie information au  public. Cette formation à la sécurité routière permet donc d’aborder les droits et devoirs de chacun vis-à-vis des autres usagers. Elle permet également d’aborder les notions de prévention de risques et sanctions.

L’initiative encouragée par un expert

Présent à la cérémonie de présentation, M. Vale Manga l’expert international en matière de transport multimodal n’a pas gardé sa langue dans la poche. Il a indiqué que depuis une décennie, il a toujours souhaité qu’il y ait une association des journalistes et communicateurs en matière de transport et surtout de sécurité routière comme c’est le cas dans d’autres pays du monde.  Il également indiqué que le nouveau code de la route ou la circulation routière va devoir changer et que tout ce qui a comme mobilier implanté à travers les voies ne peut être connu que grâce aux journalistes ou grâce à une communication.

Saluant l’initiative, M. Vale Manga a promis d’être ensemble avec l’UJCSR-RDC et de l’accompagner pour que l’objectif soit atteint, celui de sécuriser les routes de notre pays. Comme recommandation, l’expert international  a  précisé que le journaliste doit d’abord connaître la matière avant de la transmettre à la population.  » Nous ferons tous pour une remise à niveau des journalistes », a-t-il conclu.

Par Thony Kambila

*

*

Monter

Login

Lost your password?