..."/>

Gratuité de l’enseignement de base : Rentrée scolaire après 26 ans des frais scolaires à charge de parents

Gratuité de l’enseignement de base

La rentrée scolaire 2019-2020 intervient ce lundi 2 septembre. Toutes les dispositions sont prises en vue de la gratuité de l’enseignement de base dans les écoles publiques bien ciblées. Les mesures d’application communiquées, en date du 27 août, aux directeurs provinciaux du sous-secteur de l’éducation par le Secrétaire général à l’EPSP (Enseignement primaire, secondaire et professionnel) sont de bonne application.

Émis à moins de cinq jours de la rentrée scolaire, ce document a eu le mérite d’annoncer aussi de nouvelles dispositions que dirigeants scolaires et parents se précipitent d’appliquer. Des remboursements des frais engagés avant la concrétisation de la décision salutaire du Président Félix Antoine Tshisekedi  constatés dans plusieurs écoles de la capitale, tout comme des calendriers annoncés conformément à cette exigence.

Le Secrétaire général à l’EPSP, Jean-Marie Mangobe Bomungo parle des établissements publics d’enseignement budgétisés, dont le nombre s’élève à 30.773  retenus pour la gratuité de l’enseignement de base sur 51.574 écoles publiques recensées par le Ministère de l’EPSP. Dans un premier temps, ce sont ces entités concernées qui verront leurs élèves bénéficier de la gratuité d’enseignement, de la première à la sixième année scolaire pour celles organisant la section primaire et de 7ème à la 8ème éducation de base pour les Collèges, Lycées et autres institutions d’enseignement secondaire. Les 20.801 établissements publics vont encore attendre la matérialisation de la gratuité de l’enseignement de base.

De nombreux parents savourent le bien-fondé de la mesure, en ce qu’ils ne déboursent pas la panoplie des frais pour leurs enfants, à savoir les frais de scolarité et les autres de motivation. Une autre mesure annoncée par le Secrétaire général à l’EPSP est celle relative à l’interdiction de transformer les écoles en maison d’approvisionnement et de vente des fournitures et articles scolaires (uniformes, écussons, journaux de classe, cahiers, cravates, et autres fournitures, etc.).

Tout comme l’obligation de laisser aux parents la latitude de se procurer les articles, et fournitures scolaires notamment les uniformes scolaires sur les marchés et au prix du marché.  Les experts du ministère de l’EPSP, qui s’étaient penchés sur le dossier en vue de la concrétisation de la décision du Président Fatshi, restent optimistes quand à la pérennisation de cette action de haute portée sociale. Ils ont reconnu que la volonté politique en est un élément déterminant pour écorner un système vieux de 26 ans au détriment de l’éducation de plusieurs enfants mis dans l’impossibilité de fréquenter l’école, faute des moyens financiers dans la plupart des cas pour de nombreux parents.

La gratuité de l’éducation de base étant garantie par la Constitution en vigueur depuis février 2006, il n’est que normal que cette disposition de la Loi fondamentale soit respectée. Mais cela n’est pas du gout de tout le monde. Au pouvoir de tout faire pour la pérennité de cette décision analysée sous les prismes différents.

Par MKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?