..."/>

Violences xénophobes en Afrique du Sud : un étudiant congolais décède de ses blessures

Violences xénophobes en Afrique du Sud

Des informations en provenance du pays de Nelson Mandela font état d’un étudiant congolais ayant perdu la vie dans les violences xénophobes qui y sévissent.   La victime, note notre source, ne s’était pas mêlée à la situation confuse prévalant dans le pays, mais c’est dans à un arrêt de bus que le jeune homme  a été poignardé par des xénophobes, avant de rendre l’âme un jour après ce forfait. Une mauvaise nouvelle pour la RDC.

C’est ainsi que l’Ambassadeur de la RD Congo en Afrique du Sud, Bene Mpoku,  a pris des mesures exceptionnelles et préventives, en invitant les Congolais à éviter tout déplacement inutile.  » Les employés de l’ambassade habitent un peu partout dans la ville de Pretoria. Je n’ai pas voulu les exposer aux actes de Xénophobie « , a dit l’ambassadeur Bene Mpoku. Le diplomate a fait savoir qu’aucun Congolais n’est impliqué dans le trafic de drogue.

 » On est sur la voie de trouver des solutions pour mettre fin à cette situation « , a-t-il expliqué.
Notons qu’en 2014, un Congolais avait  été  brûlé vif à Durban dans des violences Xénophobes similaires à celles qui se déroulent  depuis dimanche dernier. Depuis le début de ces violences, certaines sources font état de cinq morts. Ces actes sont remarqués à Johannesburg, Pretoria ou encore au KwaZulu-Natal.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a condamné ces violences xénophobes.  » Les attaques visant des commerçants étrangers sont totalement inacceptables « , a-t-il insisté.  » Je veux que cela cesse immédiatement « .   » Il ne peut y avoir aucune justification pour qu’un Sud-Africain s’en prenne à des gens d’autres pays « , a insisté le président de la  » Nation arc-en-ciel  »  Mais les autorités  sud africaines se refusent toujours à parler de xénophobie, mais plutôt de criminalité.

Depuis dimanche, des dizaines de magasins ont été vandalisés à Johannesburg et dans la capitale Pretoria, et des poids lourds soupçonnés d’être conduits par des étrangers ont été incendiés dans la province du KwaZulu-Natal (nord-est). De nombreux magasins ont été pillés et détruits dans le township, signale les médias périphériques.

Des condamnations de partout

Le président de la commission de l’Union africaine, le Tchadien Moussa Faki Mahamat, a dénoncé hier mardi des attaques  qu’il a qualifié d’  » abjectes « .  De son côté le chef de l’Etat nigérian Muhammadu Buhari s’est lui dit  » très inquiet « de ces violences contre les immigrés africains, notamment ceux venus de son pays, et annoncé l’arrivée d’un  » envoyé spécial  » en Afrique du Sud.   Abuja menace de prendre des  » mesures décisives  » contre Pretoria.

 » Les attaques perpétuelles contre les ressortissants nigérians et leurs intérêts économiques en Afrique du Sud sont inacceptables « , s’était-il insurgé le président  Buhari lundi sur Twitter.  » Trop c’est trop ! « , a-t-il menacé.  Selon des experts, les violences xénophobes en Afrique du Sud sont souvent alimentées par un fort taux de chômage.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?