..."/>

Après sa réplique ce vendredi aux Députés nationaux : Sylvestre Ilunga et son Gouvernement seront investis

Sylvestre Ilunga et son Gouvernement photo prise par Erick Ks

Selon un communiqué officiel publié par le Bureau de l’Assemblée Nationale, le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, va répondre aujourd’hui vendredi 6 septembre, aux préoccupations soulevées mardi dernier par les députés nationaux, lors de la séance plénière consacrée à l’audition et au débat sur le programme d’action du Gouvernement de la République. Il s’en suivra par après l’investiture par la représentation nationale du Premier ministre et de son Gouvernement.

Recours aux budgets-programmes

Un des intervenants le mardi dernier , Juvénal Munubo Mubi a relevé des points positifs contenus dans ce programme, notamment l’engagement à redresser le pays à partir de la base, l’annonce d’un plan directeur d’industrialisation, l’annonce d’un plan stratégique des pôles de développement, l’engagement à suivre et appliquer les indicateurs d’appréciation du climat des affaires édictés par le « Doing Business » et le recours aux budgets-programmes.

Cet élu du peuple a également relevé des points négatifs qui, de son avis, doivent être améliorés. Sous cet angle, il a démontré que le programme d’action du Gouvernement présenté par le Premier ministre ne pose pas clairement le diagnostic de la situation politique, économique et sociale du pays, car il ne fait aucune mention de différents indicateurs macroéconomiques, à savoir le taux de croissance, le produit national brut, le taux d’inflation ; les indices du niveau de revenus, de celui des richesses ou encore du salaire minimum.

Asseoir la cohésion nationale

« On ne voit pas une brève présentation de la configuration politique existante après les élections du 30 décembre 2018 et les défis à relever par le Gouvernement pour asseoir la cohésion nationale, condition substantielle pour la stabilité et le développement », a enchaîné Juvénal Munubo, ajoutant que les objectifs du programme ne sont pas clairement définis, parce que les stratégies et les actions à mener ne le sont pas non plus.

Le député reproche au programme gouvernemental de ne pas être accompagné d’une feuille de route ou d’un plan d’actions prioritaires à court, moyen et long termes et de ne comporter aucun chronogramme d’exécution, de ne pas indiquer comment les actions seront financées, comment son pilotage ou sa coordination technique sera assurée pour une meilleure exécution et un meilleur suivi et évaluation, et ne comporte aucune matrice de performance.

Plans de reformes

Les bonnes intentions de ce programme doivent, selon Juvénal Munubo, être complétées par des actions concrètes, comme un plan de reformes des migrations, un plan de reforme de l’armée et une loi de programmation militaire, la retenue à la source des 40% des recettes à caractère national et non les restitutions qui ne sont pas constitutionnelles.

Dans le même ordre d’idées, le député estime que la RD Congo doit tirer profit de son appartenance à plusieurs organisations sous-régionales (dont la SADC, la CEPGL, la CEEAC…), redynamiser la cellule nationale des renseignements financiers (CENAREF) et laisser la justice et ses auxiliaires faire leur travail, au lieu de créer une juridiction spéciale de lutte contre la corruption ; enquêter sur la matérialisation de l’ancien projet de connexion à la fibre optique et éviter de construire un réseau de base blackbone à fibre optique.

Concernant la gouvernance des ressources naturelles, le député Juvénal Munubo a recommandé de préciser combien de mines sont à identifier, combien d’entités de traitement des minerais doivent être créées, combien de contrats miniers doivent être revisités, comment redorer l’image de la GECAMINES et de la MIBA ?

Plan de relance agricole

Enquêter sur les patrimoines de l’Etat ,élaborer un plan de relance de l’agriculture, déterminer le nombre d’emplois directs et indirects, ainsi que le nombre d’aires protégées à créer ou réhabiliter, expliquer comment le Gouvernement va lutter contre la déforestation, comment préserver les tourbières des carbone face aux menaces d’extraction du pétrole dans le parc de Salonga, mettre en place l’autorité de régulation du secteur de l’électricité, renforcer la capacité de la CADECO pour palier à la couverture de l’insuffisance bancaire, assurer la couverture santé universelle pour les Congolais, font aussi partie de recommandations que le Premier ministre est appelé à insérer dans le programme de son Gouvernement.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?