..."/>

Pour s’imprégner du fonctionnement du modèle « One Stop Center » : Des médecins et infirmiers venus de diverses provinces à Panzi

La Fondation Panzi a reçu en visite, une équipe constituée de médecins, infirmiers et anesthésistes, venus de différentes provinces de la RDC pour être formés à Panzi sur la chirurgie réparatrice des fistules urogénitales.
Afin d’avoir une idée claire sur le fonctionnement du modèle holistique de Panzi, le « One Stop Center », les prestataires de soins en formation ont été reçus à la Fondation Panzi.

Avant de suivre une visite guidée dans les différents cercles de formation en métiers professionnels, conçus pour l’autonomisation des femmes, les visiteurs ont eu un entretien avec la secrétaire exécutive de la Fondation Panzi. Entretien au cours duquel, Dr Christine Amisi a expliqué à ses hôtes les différentes étapes de la prise en charge holistique ainsi que la complémentarité entre les piliers : médical, psychosocial, légal et la réinsertion socioéconomique ; tout pour le bien des survivantes de violences sexuelles et autres vulnérables de la communauté. La phase de visite a porté sur les différents services offerts aux bénéficiaires du centre d’hébergement et d’autonomisation des femmes, Maison Dorcas.

Les médecins ont tour à tour visité les différents cercles de formation en métiers, tels que la coupe et couture, la broderie, la vannerie, les soins de beauté, la maroquinerie, le cercle d’alphabétisation et l’unité de transformation agroalimentaire. Cette expérience inédite a fort marqué ces visiteurs venus de coins et recoins de la République.

Arrivés à Panzi pour la toute première, pour la plupart, ces prestataires du domaine médical se sont dit avoir beaucoup appris du travail réalisé par la Fondation Panzi dans le but de redonner espoir à la multitude de femmes qui lui parviennent en état de désespoir très prononcé.
Pour la sœur religieuse Sarah Uputa, anesthésiste à la Clinique Universitaire d’Isiro, le travail qu’effectue la Fondation Panzi est une fierté pour la nation.

« Ça nous honore, car nous avons toujours l’habitude de croire que ce sont les Européens qui sont capables de beaucoup, mais on voit aujourd’hui ce qu’un Africain réalise dans sa province pour aider ses frères et sœurs souffrant de guerre et de beaucoup de maladies. C’est d’abord une fierté pour moi. Toutes ces réalisations, la formation qu’on dispense aux femmes, les amène aussi à être utiles dans la société », a reconnu sœur Sarah Uputa.

Cette anesthésiste d’Isiro a voulu profiter de cette occasion pour féliciter le Professeur Denis Mukwege qui, selon elle, « est un Congolais qui travaille vraiment dans son pays ». Elle retient de Dr Mukwege le principe selon lequel la révolution d’un pays ne dépend pas des gros diplômes qui ornent les tiroirs, mais du comportement des citoyens. De cette expérience, les visiteurs ont reconnu avoir non seulement beaucoup découvert, mais également réalisé la grandeur du besoin de la multiplication des efforts à l’échelle nationale.

Dr Paulin Kalume, Médecin traitant à l’Hôpital Général de Kindu a émis le vœu de voir le modèle de Panzi être répliqué sur toute l’étendue de la République. « Nous n’avons qu’à demander au Dr Denis Mukwege de continuer avec ses œuvres dans d’autres provinces de façon que ses projets soient élargis sur toute l’étendue du pays (RDC) », a suggéré ce médecin en provenance du Maniema.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?