..."/>

Commémoration du 21ème anniversaire du MLC : Mission difficile pour JP Bemba à Kisangani

Jp Bemba

Il est prévu une probable réunion de Lamuka dans cette ville martyre, la toute première que Chairman devrait présider en sa qualité de coordonnateur de cette plateforme politique dont certains leaders risquent de manquer à l’appel   
Par LKT

Jean-Pierre Bemba Gombo, président national du Mouvement pour la libération du Congo (MLC) est attendu ce vendredi 11 octobre 2019 à Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo, où il doit tenir un meeting dans le cadre de la commémoration des 21 ans d’existence de cette formation politique, mouvement jadis armé et qui bénéficiait du soutien de l’Ouganda avant de se muer en parti politique.

Quel sera le message du chairman à la population boyomaise qui garde un souvenir très amer des affrontements meurtriers entre  deux armées étrangères rwandaise et ougandaise, quand on sait que cette dernière avait constitué un véritable appui pour le MLC en armes et des experts. Surtout qu’un cimetière construit non loin de l’aéroport militaire de Simi-Simi avait été détruit lors de ces affrontements en pleine ville de Kisangani.

« Igwe » face à la loi de la nature

La tâche s’annonce difficile pour le Chairman qui devra bien trouver les mots pour espérer atténuer la colère toujours vivace des habitants de Kisangani. D’ailleurs, certains fils et filles de cette partie du pays ne décolèrent pas et l’ont déjà fait savoir à travers les réseaux sociaux.
Concernant la commémoration de cet anniversaire, la Secrétaire générale du MLC, Eve Bazaïba, partie avant pour préparer le terrain, a été rejointe hier jeudi 10 octobre par les alliés de ce parti politique, parmi lesquels Lisanga Bonganga.

Côté Lamuka, on signale la présence d’un délégué du parti Nouvel Elan et deux délégués de l’Ecidé (le secrétaire général Devos Kitoko et Serge Welo). Toujours dans le cadre de cette commémoration, il était prévu dans un premier temps, une réunion de Lamuka, la toute première que devrait animer Jean-Pierre Bemba en sa qualité de coordonnateur de cette plateforme politique de l’opposition, qui avait soutenu Fayulu, candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre 2018.

On ne sait pas encore si Martin Fayulu prendra part à cette probable réunion de Lamuka. Il en est de même d’Adolphe Muzito, président du regroupement politique Nouvel Elan, qui doit normalement prendre le relai de la coordination Lamuka à la fin de ce mois d’octobre. Il devra ainsi succéder à JP Bemba qui, lui, avait pris les commandes de Lamuka le 30 juillet dernier.

Présence incertaine de Moïse Katumbi

Selon certaines indiscrétions, la présence de Moïse Katumbi, président d’un autre regroupement politique membre de Lamuka, reste hypothétique, quand on sait que l’un de ses proches collaborateurs Idi Salomon Kalonda, vient d’obtenir son passeport et a, pour cela, salué la décrispation politique initiée par le président Félix Antoine Tshisekedi.

Du côté de l’Ensemble pour le Changement, le G7 par le biais du MS (Mouvement Social), son président Pierre Lumbi a laissé entendre que toute l’attention pour l’heure doit être focalisée sur le chef de l’opposition politique à travers le porte-parole qui doit être désigné ou élu sur fond de réalité au Parlement (soit le nombre des députés et sénateurs).  Une façon pour Pierre Lumbi de positionner son leader pour occuper le poste de porte-parole de l’opposition politique.

Un poste que Jean-Pierre Bemba a toujours convoité compte tenu de son importance.
Pour rappel, lorsqu’il était en prison à la CPI (Cour Pénale Internationale), Jean-Pierre Bemba avait bloqué le processus de désignation de porte-parole de l’opposition politique lors de la mandature de 2011 – 2018.

*

*

Monter

Login

Lost your password?