..."/>

Composition des bureaux des commissions permanentes de l’Assemblée nationale : L’Opposition parlementaire continue de tergiverser

Composition des bureaux des commissions permanentes de l'Assemblée nationale

Les groupes parlementaires de cette famille politique n’arrivent toujours pas à trouver un compromis sur le partage des postes dans les bureaux des commissions permanentes qui leur sont réservées
Par Marcel Tshishiku

Les députés nationaux membres des groupes parlementaires de l’Opposition n’arrivent toujours pas à trouver un compromis sur le partage des postes au sein des commissions permanentes qui leur sont réservées après le consensus dégagé lundi dernier entre eux et leurs collègues de la Majorité parlementaire.

Le constat a été fait, une fois de plus, mercredi, lorsque ces élus nationaux se sont réunis à cette fin au Palais du peuple, siège du Parlement de la République, sur instruction du Bureau de l’Assemblée nationale. Cette réunion s’est terminée à queue de poisson, alors que celle de leurs collègues députés nationaux membres des groupes parlementaires de la Majorité a donné des effets escomptés. En termes clairs, les commissions permanentes réservées à la Majorité parlementaire ont été dotées de leurs bureaux respectifs. La balle reste désormais dans le camp de l’Opposition pour relever le même défi.

L’objectif est de parachever la mise en place de ces commissions définies comme des organes techniques dont le rôle est de faire le toilettage des matières transmises par l’Assemblée plénière.  L’enjeu est de taille à l’heure actuelle où le Gouvernement de la République s’apprête à déposer le projet de loi de finances de l’Etat pour l’exercice 2020.

Stratégique pour le bon fonctionnement de l’appareil étatique au cours de l’année prochaine, ce texte de loi sera d’abord présenté à l’Assemblée plénière, avant d’être transmis à la commission permanente concernée, dans le cas d’espèce, à la commission économique, financière et de contrôle budgétaire (ECOFIN).  C’est autant dire que les groupes parlementaires de l’Opposition ont intérêt à se hâter, car le temps presse et 45 jours seulement séparent le Parlement de la République de la fin des travaux de la session budgétaire en cours.

*

*

Monter

Login

Lost your password?