..."/>

Se fixant quatre défis à relever en RDC : Le Cardinal Fridolin Ambongo Besungu fait du respect de la dignité humaine une priorité

cardinal fridolin ambongo

Le Cardinal Fridolin Ambongo Besungu, Archevêque métropolitaine de Kinshasa, s’engage à lutter pour le respect de la dignité humaine en RDC. Il a fait cette déclaration, hier Mardi 12 Novembre 2019, lors d’une conférence de presse tenue dans la salle polyvalente du complexe scolaire Cardinal Mosengwo, à Limete/ Kinshasa.

Il a été question, au cours de cette rencontre avec les médias, d’éclairer leur lanterne sur le rôle, la mission et les défis de son cardinalat.
Dans son explication, le Cardinal Fridolin Ambongo Besungu a précisé qu’il est Cardinal de la Sainte Eglise Romaine. Ce qui veut dire qu’il est d’abord un citoyen romain appartenant à un État qu’on appelle cité du Vatican.
«Les cardinaux appartiennent au clergé de Rome. C’est pourquoi les cardinaux ont un passeport de Rome. Ils ont la mission de voter, d’élire le Pape en cas de vacance. Il existe trois sortes de cardinaux: les cardinaux évêques, les cardinaux prêtres et les cardinaux diacres», a-t-il souligné.

Un cardinal, a-t-il poursuivi, n’est pas seulement un citoyen romain, mais également un conseiller du Pape. Leur mission dépasse les limites de leur pays d’origine. Ainsi, le Pape peut envoyer un Cardinal en mission dans un autre pays ou organisme. D’où, la couleur rouge pourpre des cardinaux qui signifie : «je suis prêt à m’engager pour l’Eglise et même si je dois laisser ma vie».

Plaçant son cardinalat sous le signe du rassemblement, et de réconciliation de tous les peuples au delà de leurs tendances politiques, leurs religions, leurs tribus,…, le Cardinal entend être le Cardinal de tous les Congolais, sans distinction. «J’annoncerai l’Évangile à tous et à toutes sans aucune considération de classe ou de puissance», a-t-il martelé.

Les différents défis

Fridolin Ambongo Besungu, Cardinal et Archevêque métropolitaine de Kinshasa, se fixe quatre défis à relever. Il s’agit du défi de la responsabilité collective pour un avenir radieux de RDC ; le défi du rapprochement de cœur de tous les Congolais (pardon et réconciliation). Apprendre aux filles et filles du Congo que nous sommes du même Père, a-t-il expliqué. Il s’agit, par ailleurs, du défi de respect de la dignité humaine longtemps bafouée en RDC, surtout des enfants et de la femme.

« Un pays dans lequel l’être humain n’est pas respecté est un pays voué à l’échec » a martelé le Cardinal. Et enfin, le défi du rayonnement de l’Eglise qui est le service de la propagation de l’intronisation de la foi. En ce qui concerne la politique du régime actuel, le Cardinal a souligné que l’Eglise soutient les bonnes actions.

Comme, ajoute-t-il, le Président de la République actuel, Félix Tshisekedi Tshilombo, donne des signes de bonne foi, l’Eglise ne peut que l’encourager. Pour les travailleurs des Cliniques Bondeko, le Cardinal a fait savoir qu’il reste encore deux défis à relever : l’urgence de payer régulièrement les employés et revoir l’ensemble de structures d’administration ; la composition de l’assemblée nationale et du conseil d’administration.

Par Carroll Madiya

*

*

Monter

Login

Lost your password?